alérie Goeller, 24 ans, a été acquittée mercredi 16 décembre par la cour d’assises du Bas-Rhin pour la mort dramatique de son nouveau-né en mai 2005, dans un procès où le déni de grossesse a été plaidé pour la défense de l’accusée.

Une peine de deux ans de prison avec sursis avait été requise mercredi matin devant les assises du Bas-Rhin à l’encontre de Valérie Goeller, qui invoque un déni de grossesse pour expliquer le décès dans des circonstances dramatiques de son nouveau-né en mai 2005. “Il me semble évident qu’elle ne doit pas aller en prison. Elle n’est pas une criminelle au sens générique du terme”, avait estimé l’avocat général Jean-François Assal, qui a assorti ses réquisitions de trois ans de mise à l’épreuve et d’une obligation de soins.

Rejetant la thèse du déni de grossesse, il avait néanmoins jugé que la responsabilité de l’accusée était “atténuée” : “C’est une victime, elle est dans une forte détresse et a besoin d’une psychothérapie.” Elle n’a pas dénié sa grossesse mais l’a “oblitéré” par un “mécanisme de défense et de refoulement qui a pour but de maquiller la réalité”, a encore soutenu l’avocat général.

Le bébé est “né viable et vivant” lors d’un “accouchement médiéval”, a-t-il toutefois jugé, estimant que sa mère, jugée pour privations de soins ayant entraîné la mort, avait connaissance de sa grossesse et avait “l’intention de le priver de soins”. Elle “pouvait appeler les secours, l’hôpital… mais ne l’a pas fait”, a-t-il regretté.

Le corps du nourrisson a été lavé et le cordon ombilical coupé avec des ciseaux et clampé avec une pince à linge, deux objets que Valérie avait dans son véhicule, a-t-il souligné. Le cordon a été coupé “dans les règles de l’art”, car l’accusée, préparatrice en pharmacie et titulaire d’un baccalauréat sciences médico-sociales, avait vu ce geste “lors de stages”, affirme M. Assal.

Valérie Goeller avait accouché le 8 mai 2005 dans sa voiture en pleine forêt de Haguenau avant d’abandonner l’enfant mort dans un village. Elle a toujours soutenu qu’elle ignorait être enceinte, invoquant la notion de déni de grossesse, sur laquelle les experts sont apparus divisés mardi.

LEMONDE.FR avec AFP | 16.12.09 | 16h42  •  Mis à jour le 16.12.09 | 17h01
0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.