AFP 15.12.09 | 19h58
Les procès de prisonniers de Guantanamo poursuivis pour crimes de guerre devant des tribunaux militaires d’exception se tiendront à Thomson, dans l’Illinois (nord des Etats-Unis), où doivent être transférés certains détenus, a indiqué mardi un responsable américain. »Ceux qui seront traduits devant une commission militaire (…) seront enfermés à Thomson », où se situe la prison dont l’administration Obama a annoncé l’achat mardi pour accueillir certains des 210 détenus de Guantanamo, a affirmé à la presse un haut responsable de l’administration sous couvert d’anonymat.

« Les procès se tiendront là », a-t-il précisé.

Cinq hommes ont jusqu’ici été formellement renvoyés devant ces tribunaux militaires d’exception conçus pour juger les « crimes de guerre », dont le jeune Canadien Omar Khadr arrêté en Afghanistan à l’âge de 15 ans et accusé d’avoir tué un militaire américain.

Mis en place par George W. Bush et très contestés pour le peu de cas qu’ils faisaient de la défense, ces tribunaux ont été réformés cet automne par le Congrès, à la demande de l’administration Obama. Ils n’accepteront plus notamment les déclarations obtenues sous la contrainte.

« Ceux qui seront renvoyés devant un tribunal fédéral (tribunal de droit commun) seront transférés directement dans la juridiction de ce tribunal », a précisé le haut responsable. « Ceux qui seront extradés dans des pays amis ou alliés partiront directement de Guantanamo », sans passer par la case Thomson, a-t-il encore assuré.

Interrogé sur les détenus identifiés en mai par Barack Obama comme trop dangereux pour être libérés mais contre lesquels le gouvernement ne dispose pas de suffisamment de preuves pour envisager un procès, il a affirmé qu' »il n’y a aucun détenu qui corresponde à cette catégorie » dans l’immédiat.

« L’examen (des situations) est toujours en cours », a-t-il certifié.

Dans cette mesure, a-t-il argumenté, l’interdiction imposée par le Congrès de faire venir des détenus sur le sol américain pour autre chose que leur procès n’est pas violée.

Le Congrès a voté des clauses dans différentes lois depuis le mois de juin pour empêcher la venue de prisonniers de Guantanamo aux Etats-Unis, libres ou en prison, à moins qu’ils n’aient été renvoyés devant un tribunal.

L’administration Obama, qui a abandonné son objectif de fermer Guantanamo en janvier 2010 comme prévu, a annoncé mardi qu’elle achetait le centre pénitentiaire de Thomson, situé à quelque 200 km à l’ouest de Chicago et aujourd’hui presque vide, afin d’accueillir « un nombre limité » de détenus de la prison ouverte par George Bush en janvier 2002 sur une base militaire américaine à Cuba.

Les détenus qui y seront accueillis « ne recevront pas de visites de leur famille ou d’amis, ils ne rencontreront que leurs avocats, les agents des forces de l’ordre et les représentants du comité international de la Croix rouge », a assuré le haut responsable.

« Ils seront séparés des autres détenus de droit commun », a-t-il encore expliqué.

Sur les 210 individus aujourd’hui détenus à Guantanamo, l’administration prévoit d’en libérer ou d’en extrader 116 vers leurs pays d’origine ou des pays tiers.

Obama n’a « aucune intention » de libérer des détenus de Guantanamo aux USA

15.12.09 | 18h10

Le président Barack Obama n’a « aucune intention » de libérer des détenus de Guantanamo sur le sol américain, selon une lettre envoyée mardi au gouverneur de l’Illinois (nord) pour lui annoncer le choix d’une prison de son Etat afin d’accueillir certains de ces prisonniers. »Le président n’a aucune intention de libérer quelque prisonnier que ce soit aux Etats-Unis », explique cette lettre cosignée notamment par la secrétaire d’Etat Hillary Clinton, le secrétaire à la Défense Robert Gates et le ministre de la Justice Eric Holder, en référence aux détenus actuellement enfermés dans une prison de la base américaine de Guantanamo à Cuba.

Il est actuellement interdit par la loi de transporter ces prisonniers sur le sol américain pour autre chose que leur procès. La Cour suprême a été saisie de la question et doit rendre sa décision d’ici au mois de juin.

Obama choisit une prison sur le sol américain pour des détenus de Guantanamo

15.12.09 | 17h58

L

e président Barack Obama a donné l’ordre au gouvernement fédéral américain d’acquérir une prison située dans l’Illinois (nord des Etats-Unis) pour y transférer des détenus de Guantanamo, selon le texte d’une lettre envoyée mardi au gouverneur de cet Etat. »Nous vous écrivons pour vous informer que le président a donné l’ordre au gouvernement fédéral, avec notre soutien unanime, de procéder à l’acquisition de l’établissement (pénitentiaire) de Thomson », indique cette lettre adressée au gouverneur Pat Quinn et signée notamment par la secrétaire d’Etat Hillary Clinton, le secrétaire à la Défense Robert Gates et le ministre de la Justice Eric Holder.

Les Etats-Unis libèrent un détenu koweïtien de Guantanamo

Par Reuters, publié le 10/12/2009 à 08:01

WASHINGTON – Un Koweïtien détenu pendant près de huit ans à la prison américaine de Guantanamo a été renvoyé chez lui après sa libération ordonnée en septembre par la justice, a annoncé mercredi le département de la Justice.

Fouad al Rabiah, un Koweïtien détenu pendant près de huit ans à la prison américaine de Guantanamo a été renvoyé chez lui après sa libération ordonnée en septembre par la justice américaine. (Reuters/Randall Mikkelsen)Fouad al Rabiah, un Koweïtien détenu pendant près de huit ans à la prison américaine de Guantanamo a été renvoyé chez lui après sa libération ordonnée en septembre par la justice américaine. (Reuters/Randall Mikkelsen)

Fouad al Rabiah, âgé de 50 ans, ingénieur chez Kuwait Airways, avait été capturé en Afghanistan. Les Etats-Unis l’avaient accusé de financer le chef d’Al Qaïda Oussama ben Laden et d’aider les combattants taliban dans les montagnes de Tora Bora.

Les avocats du Koweïtien ont fait valoir qu’il y avait erreur sur l’identité de la personne et qu’en octobre 2001, quand il a été capturé, leur client se trouvait en Afghanistan pour coordonner les livraisons de l’aide iranienne aux réfugiés.

La juge Colleen Kollar-Kotelly a ordonné la libération de Fouad al Rabiah en septembre après qu’il avait été établi que les deux semaines d’entraînement militaire suivies par l’accusé étaient requises dans son pays et que ses activités dans le domaine caritatif n’avaient aucun rapport avec le terrorisme.

Elle a aussi estimé que ses aveux obtenus dans des conditions d’interrogatoires très difficiles n’étaient pas vraisemblables.

Les avocats de Fouad al Rabiah ont demandé des excuses au président Barack Obama au nom des Etats-Unis ainsi qu’une indemnisation « appropriée » pour leur client.

Il y a encore deux détenus Koweïtiens à Guantanamo. Au total, il reste encore 210 prisonniers dans la prison militaire américaine sise à Cuba. Barack Obama s’est engagé à la fermer pour le 22 janvier tout en reconnaissant que cette date ne serait sans doute pas respectée.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.