(13/06/2009)

Patrice Debruyne est accusé d’avoir fait abattre son ex-copine, la mère et l’oncle de celle-ci

LIÈGE C’est à la cour d’assises que Patrice Debruyne… fêtera, ce mardi 17 juin, son 34e anniversaire. À la cour d’assises de Liège devant laquelle il est accusé d’homicides volontaires sur la personne de Cindy Ory et sur celles de la mère et de l’oncle de la jeune femme.

L’accusé n’est pas un enfant de chœur, loin de là. Dès la fin de son adolescence, en effet, il s’est spécialisé dans le vol de voitures de luxe et dans quelques activités délictueuses annexes. Les cellules de prison, il les connaît donc bien et de longue date.

Cindy, il l’avait rencontrée lorsqu’elle n’avait que 14 ans. La jeune femme avait mis fin à leur liaison en octobre 1996. Une séparation que Patrice Debruyne avait difficilement avalée : le 22 décembre 1996, il se tirait une balle dans la tête devant celle qui l’avait quitté ! Il avait cependant raté son suicide mais en était resté aveugle. Malgré sa cécité, il continuait cependant ses activités parallèles dans le monde des voitures volées. Selon l’accusation, il voulait aussi se venger de son ex-copine et de la famille de cette dernière…

Ainsi, il n’aurait pas supporté que la jeune femme poursuive une vie amoureuse dont il ne faisait plus vraiment partie. Trois semaines avant de la faire abattre, une nuit d’août 1998 à Herve, il l’aurait aussi fait défigurer au couteau lors d’une autre agression nocturne.

Quant à la famille de Cindy Ory, Éric et Edith Guilleaume, elle aurait été victime d’un règlement de comptes faisant suite à l’un ou l’autre différend de type financier. Le premier a été abattu le 10 mai 1997; la seconde, le 27 juillet de la même année.

Toujours selon l’accusation, qui s’appuie sur différents témoignages et notamment celui de Tony Samardzic, un des témoins du procès Habran, c’est Serge Pierrin qui aurait exécuté les contrats passés par Patrice Debruyne. Ce tueur à gages liégeois, surnommé le squelette , aurait rempli en tout une douzaine de contrats de mort facturés, chacun, dans les 200.000 francs belges. Il a lui-même disparu de la scène de la truanderie liégeoise en août 2004. Assassiné comme il avait vécu, de plusieurs balles tirées à bout portant…

Ed. F.

© La Dernière Heure 2009

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.