En Norvège, une prison écolo et citoyenne Vivre ensemble demain Après l’hôtel écologique, c’est désormais aux centres pénitentiaires de se mettre au vert. A l’image de la « première prison écologique et humaine », sortie de terre en août 2007 à Bastoey (Norvège).

C’est sur cette petite île du fjord d’Oslo que vivent en semi-liberté 115 détenus et 70 gardes non armés. Plutôt que d’être enfermés en cellule, les pensionnaires travaillent en plein air à l’élevage et à l’agriculture biologiques. Objectif : favoriser leur réinsertion dans la société en leur inculquant des valeurs écologistes et humanistes. Eduquer plutôt que punir A Bastoey, les pensionnaires ne sont pas considérés comme des détenus mais avant tout comme des humains. Autrefois en infraction avec la loi, ces derniers réapprennent progressivement à vivre en société. Subvenir à leurs besoins ainsi qu’à ceux du groupe, vivre dans un climat de confiance, apprendre un nouveau travail, sont autant d’actions utiles à leur réinsertion. En plus d’être humainement exemplaire, Bastoey parie sur les vertus de la nature en matière d’éducation et respecte les défis environnementaux du XXIe siècle. En prônant une agriculture sans pesticides ni engrais, en encourageant au recyclage et en enseignant la connaissance de la nature à ses pensionnaires, la prison agit au service de l’environnement au quotidien, mais aussi à plus long terme. Une fois relâchés, les détenus pourront ainsi mettre en œuvre leur savoir et sensibiliser à leur tour leur entourage. Enjeux et objectifs La Norvège affiche un des taux d’incarcération les plus faibles d’Europe. Alors que la moyenne européenne s’établit à 124 prisonniers pour 100 000 habitants de 2004 à 2006, le pays des fjords affiche un score de 66 prisonniers pour 100 000 habitants sur la même période, se classant ainsi au troisième rang derrière l’Islande et la Slovénie¹. Bénéficiant également d’un faible taux de criminalité (une comparaison difficile à chiffrer tant les méthodes de recoupement des crimes et délits divergent selon les pays, d’après Interpol), la Norvège s’autorise régulièrement à expérimenter de nouvelles méthodes de détention. Comme à Bastoey, où l’accent est mis sur l’éducation plutôt que la répression. Actions et modalités Dès 1997, les administrateurs du centre pénitentiaire de Bastoey (créé en 1984 sur les fondations d’un ancien orphelinat) décident de faire de leur prison à ciel ouvert un modèle de réinsertion par la nature et le travail. Dix ans plus tard, la « première prison écologiste et humaniste au monde » est officiellement reconnue comme telle par le gouvernement norvégien. Petits truands ou criminels en fin de peine, ils sont 115 détenus à vivre en pleine nature, dans des bungalows en bois sans barbelés ni barreaux. La plupart proviennent de centres de détention fermés et ont été transférés à Bastoey afin de préparer leur remise en liberté. La prison propose un parcours de réinsertion s’échelonnant de quatre mois à cinq ans selon les détenus. Six jours par semaine, de 8 à 15 heures, tous les pensionnaires travaillent pour subvenir aux besoins de la prison. Outre le nettoyage des plages, le travail du bois et l’entretien des bâtiments, ils consacrent une grande partie de leur temps à l’agriculture biologique et à l’élevage de poules, de moutons et de vaches. Sans oublier la pêche, pratiquée à l’aide des 34 bateaux appartenant à l’établissement. Le tout dans le respect de l’environnement. En plus de recycler leurs déchets et de fabriquer du compost, les détenus utilisent des charrues tirées par des chevaux pour labourer les champs de céréales. Au final, Bastoey couvre ainsi la quasi-totalité de ses besoins en nourriture. Le surplus de la production est vendu aux autres prisons du pays. Après leur journée de travail, les détenus peuvent assister à des cours menés en partenariat avec les lycées de la région. Au programme : informatique, gestion des forêts, conservation de la nature, protection de l’environnement, mais aussi apprentissage du gardiennage… Plusieurs activités ludiques et sportives leurs sont régulièrement proposées. Une équipe de foot aux couleurs de la prison est même engagée dans un championnat avec les entreprises locales ! Enfin, 18 jours par an, voire 30 s’ils ont des enfants, une permission leur est accordée. Si les détenus ont été transférés à Bastoey pour leur bonne conduite ou parce qu’ils représentent un faible risque de dangerosité, les responsables de la prison n’oublient pas qu’il s’agit de criminels. Criminels qui peuvent être suivis par des travailleurs sociaux ou assister à des groupes de parole afin de travailler sur leurs problèmes de violence ou de drogue. Résultats Auto-suffisante en énergie, la prison fonctionne à 70 % à l’aide de panneaux solaires (installés en partie par les détenus). En plus d’être écologiquement responsable, elle figure parmi les structures pénitentiaires les moins coûteuses de Norvège. Chaque prisonnier qui enfreint les règles de la prison écologique est renvoyé directement dans une prison fermée. Aucune statistique n’existe quant au taux de récidive. Seul indice de réussite : depuis 1997, une seule tentative d’évasion à été signalée. Preuve ultime de confiance, ce sont les prisonniers eux-mêmes qui gèrent le ferry reliant l’île de Bastoey au continent.

3 réponses
  1. Guy Georges
    Guy Georges dit :

    Excusez mon français. Quand on respecte la dignité du justiciable on arrive à ce state. Quand vous avez une philosophie clair des valeurs, vous arriver à ce state. Quand on prend le justiciable pour un être humain à part entier, vous arriver à ce state. Je pouvais continuer avec d’autres analyse, mais je pense que ceci sont les plus important. Chaque justiciable accepte sa condamnation du moment qu’on le traite en personne adulte et responsable. Par contre chez nous aujourd’hui prime le mépris vis à vis du justiciable. On est arrivé tel, qu’un suicide on prison n’est que du dégât collatéraux.

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.