Un ancien animateur de centre de loisirs comparaîtra à partir de mardi devant la cour d’assises du Val-de-Marne, à Créteil, pour des viols et agressions sexuelles commis à son domicile ou au centre de loisirs sur plusieurs enfants dont il avait la garde.

Le procès de cet homme de 35 ans, accusé de viols et agression sexuelles sur mineurs de moins de 15 ans par personne ayant autorité, pourrait se tenir à huis clos compte tenu de l’âge de ses victimes, selon une source judiciaire.

En octobre 2006, la mère d’une fillette de 9 ans avait porté plainte au commissariat de Maisons-Alfort (Val-de-Marne) pour le viol de sa fille. Avec son compagnon, elle avait mis en cause un ami de la famille qui travaillait comme animateur depuis plusieurs années dans un centre de loisirs de Maisons-Alfort et comme cameraman à Disneyland Paris.

Commençant tout d’abord par nier les faits, cet ami, Frédéric Barou, avait fini par reconnaître des agressions sexuelles sur plusieurs des enfants de cette famille, ainsi que sur d’autres enfants.

L’enquête avait permis de lui imputer des viols et agressions sexuelles d’enfants âgés de 6 à 12 ans commis pour les plus anciens depuis 2003, soit au centre de loisirs, soit à son domicile où il accueillait parfois des enfants, dont il connaissait les parents, pour les garder. Ses victimes étaient majoritairement des garçons.

Au centre de loisirs, son comportement n’avait apparemment éveillé aucun soupçon jusque-là.

SOURCE

1 réponse
  1. Simon
    Simon dit :

    Cela fait toujours peur quand il s’agit de personne de confiance qui agresse vos enfants.

    En revanche, d’un point de vue juridique l’aveu de cet homme est-il éclairé ou s’agit-il d’une possible erreur judiciaire ? Le dossier a l’air peu fourni.

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.