Un militant d’extrême-droite de 19 ans a été condamné vendredi par le tribunal correctionnel d’Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) à un an de prison ferme pour une série de trois agressions sur d’autres militants de gauche ou des droits de l’homme.

Jérémy Recagno avait notamment participé à l’agression, le 9 juin dernier, d’un militant de SOS-Racisme, assis à la terrasse d’un café. La victime avait reçu des coups de casques de moto et de poing américain au visage.

“J’ai voulu faire le Zorro d’idéologies bidons que je croyais les miennes. J’ai été ridicule”, s’est-il défendu à la barre. Le prévenu a reconnu cette agression, de même que celle d’un militant communiste et de son frère, le 14 avril, à Salon-de-Provence. Il a en revanche contesté celle d’un étudiant, le 5 décembre 2008, à la faculté de lettres d’Aix.

Le mis en cause, connu pour son appartenance à des groupes néo-nazis, comparaissait détenu, à la suite d’une peine d’un an de prison ferme, qui lui a déjà été infligée en septembre pour une quatrième agression à caractère raciste, commise le 16 août à Aix-en-Provence contre une personne d’origine maghrébine.

Le procureur avait requis trois ans de prison ferme contre lui. Le tribunal a prononcé la confusion de la peine avec celle du mois de septembre, comme le réclamait son avocat, Me Jean-Jacques Campana, qui a expliqué que son client avait tourné la page. AP

AP | 11.12.2009 | 14:42

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.