http://d.yimg.com/i/ng/ne/afp/20090130/12/3114602513-un-an-avec-sursis-et-l-ineligibilite-requis-contre-le.jpg?x=210&y=315&q=75&sig=c6Q1sPjvKIfFsuRrSyU1oQ--Le député des Hauts-de-Seine et ancien maire d’Asnières a dû s’expliquer avec son prédécesseur Frantz Taittinger sur une affaire de favoritisme dans l’attribution d’un marché en 1998.

Manuel Aeschlimann (Sipa)
Le parquet de Nanterre a requis vendredi 30 janvier un an de prison avec sursis et l’application automatique d’une peine d’inéligibilité contre l’ancien maire (1999-2008) et actuel député UMP d’Asnières, Manuel Aeschlimann, pour favoritisme dans l’attribution d’un marché en 1998.
20.000 euros d’amende ont également été requis contre le député, qui comparaît avec son prédécesseur Frantz Taittinger (1994-1999) et deux autres personnes.
Le député des Hauts-de-Seine, premier adjoint du maire Frantz Taittinger à l’époque des faits, est accusé d’avoir imposé le choix d’une société (CDA Production) gérée par une de ses connaissances, Dominique Carbonnier, pour organiser un festival folklorique dans sa ville, sans passer par aucune mise en concurrence.

Subvention de 200.000 euros

La trésorerie municipale d’Asnières avait refusé de payer la facture, puis le préfet des Hauts-de-Seine avait rejeté le contrat d’environ 200.000 euros pour non-conformité au code des marchés publics.
Mais la mairie RPR avait persisté à confier l’organisation de l’événement à CDA Production, via une association paramunicipale, Asnières Communication, gérée par Fabienne Van Aal, à l’époque directrice de communication de la Ville. Cette dernière, fille du successeur de Nicolas Sarkozy à la mairie de Neuilly-sur-Seine, Louis-Charles Bary (2002-2008), comparaît pour « complicité de favoritisme ».
« J’assume tout ce qui a pu être fait (…) J’assume le festival du folklore parce que je pensais que c’était un marché unique » qui ne nécessitait pas un appel d’offres, a expliqué Manuel Aeschlimann, une position que n’ont partagé ni le parquet de Nanterre ni le juge d’instruction à l’issue de l’enquête.
Avant de se pencher sur le marché litigieux, le tribunal s’est intéressé aux liens qui existaient entre les protagonistes.
Ainsi, Dominique Carbonnier avait remplacé Fabienne Van Aal à la direction d’Asnières Communication en 1997 lorsque celle-ci était tombée enceinte.

Proche de Nicolas Sarkozy

De son côté, alors qu’il était déjà maire adjoint, Manuel Aeschlimann avait été salarié pendant quelques mois, en 1996, par une société publicitaire (DGA) et une société d’imprimerie (Cirnov), dirigées par un entrepreneur qui avait fondé CDA Productions avec Dominique Carbonnier.
Longtemps présenté comme proche de Nicolas Sarkozy, Manuel Aeschlimann, qui risque comme Frantz Taittinger jusqu’à deux ans de prison, 30.000 euros d’amende et une peine d’inéligibilité, avait été renvoyé au tribunal en septembre 2008, six mois après avoir perdu les municipales à Asnières face à une coalition de candidats PS, MoDem et divers droite.
A la fin de la première journée d’audience, la présidente de la 15e chambre, Isabelle Prévost-Desprez, a lu une déclaration de Frantz Taittinger au juge d’instruction selon laquelle Nicolas Sarkozy lui avait demandé d’aller le voir au ministère de l’Intérieur, en novembre 2003, quelques jours après sa mise en examen.
Selon cette déposition, que Frantz Taittinger a confirmée à l’audience, Nicolas Sarkozy lui avait demandé de fournir des précisions sur l’affaire, tout en lui indiquant qu’il n’interviendrait pas dans le dossier.

NOUVELOBS.COM | 30.01.2009 | 12:29

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.