Sierra Leone: plaidoirie des avocats de Charles Taylor devant le TPI

AP | 13.07.2009 | 10:56

Les avocats de l’ancien président du Liberia Charles Taylor, à La Haye, le 26 janvier 2007

Après avoir refusé de comparaître en juin 2007 devant le Tribunal pénal international (TPI), l’ex-président du Libéria Charles Taylor s’apprêtait lundi à La Haye à entendre la plaidoirie de ses avocats alors qu’il est jugé pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité qu’il aurait commis pendant le conflit en Sierra Leone.

Premier chef d’Etat africain poursuivi devant la justice internationale, Taylor doit répondre de 11 chefs d’accusations de crimes de guerre et crimes contre l’humanité, notamment de meurtres, tortures, viols, enrôlement d’enfants soldats et recours au travail forcé. On estime qu’un demi-million de personnes ont été tuées durant la guerre au Sierra Leone (1991-2002), alimentée par le trafic de diamants.

Le 4 mai dernier, les magistrats de La Haye avaient refusé la requête déposée par ses avocats en faveur d’un acquittement immédiat.

Les magistrats avaient ajourné le procès pour laisser aux avocats de la défense le temps de préparer leurs plaidoiries. La requête présentée par la défense avait été intégralement rejetée, les juges estimant que l’accusation avait présenté des éléments susceptibles de déboucher sur une condamnation.

Les procureurs, qui avaient terminé la présentation de ses arguments en février, accusent Charles Taylor d’avoir orchestré des crimes au Sierra Leone depuis son palais présidentiel de Monrovia, la capitale du Libéria voisin, où il a été président de 1997 à 2003. Au total, 91 témoins ont déposé contre lui après l’ouverture de son procès en 2007. AP

_______________________________________________________________

Sierra Leone: La défense de Charles Taylor coûte 1,5 million de dollars par an

Il y a 6 heures

LA HAYE (AFP) — Les salaires de l’équipe de défense de l’ancien président du Liberia Charles Taylor, dont le procès pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité reprend lundi à La Haye, coûtent 1,5 million de dollars par an au Tribunal spécial pour la Sierra Leone (TSSL).

Le tribunal verse chaque mois 130.000 dollars à la vingtaine de juristes et d’avocats chargés de la défense de M. Taylor, reconnu « indigent ». Il paie aussi leurs frais de voyage et leur fournit des bureaux à La Haye, en Sierra Leone et au Liberia, selon l’accusation.

« C’est le montant le plus élevé jamais versé à une équipe de défense dans l’histoire des tribunaux internationaux », affirme le procureur dans un document publié en réponse à l’avocat de M. Taylor qui s’est plaint à de nombreuses reprises de manquer de ressources.

Le TSSL est financé par des contributions volontaires des Etats. Son budget prévisionnel est de 28 millions de dollars pour 2009 et de 12 millions de dollars pour 2010.

M. Taylor commencera à témoigner mardi, pendant six semaines environ. Ce témoignage est sans précédent, les chefs d’Etat poursuivis jusqu’ici n’ayant pas pu ou voulu témoigner pour leur propre défense.

L’ex-président yougoslave Slobodan Milosevic, qui se défendait seul, est mort dans sa cellule à La Haye en mars 2006 avant la fin de son procès au cours duquel il avait l’intention de plaider sa cause lui-même devant le Tribunal pénal international (TPI) pour l’ex-Yougoslavie.

Plusieurs avocats de l’ex-président irakien Saddam Hussein ont été assassinés. D’autres ont boycotté le tribunal irakien qui a ordonné son exécution par pendaison en décembre 2006.

Copyright © 2009 AFP. Tous droits réservés

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.