30.01.10 | 13h04

Un tribunal de Kinshasa a acquitté samedi huit marins, sept Ukrainiens et un Russe, accusés d’homicide volontaire sur leur navire de quatre clandestins et de tentative de meurtre de trois autres, a-t-on appris en direct à la télévision.

Le 23 janvier dernier, le procureur avait à l’issue du procès requis la peine de mort contre les huit prévenus, tous membres d’équipage d’un cargo battant pavillon panaméen, et une amende d’un million de dollars au bénéfice de chacune des six parties civiles.

Samedi, le tribunal de grande instance de Kinshasa-Gombe, qui siégeait exceptionnellement à l’intérieur de la principale prison de la capitale de la République démocratique du Congo (RDC), les a acquitté en raison d' »irrégularités » contenues dans le dossier d’accusation.

Les marins étaient poursuivis pour avoir battu et jeté par dessus bord sept passagers congolais, qui avaient embarqués clandestinement le 19 octobre 2009 à bord du navire au port de Matadi (300 km au sud de Kinshasa), où ils venaient de décharger du riz.

Sur les sept personnes jetées dans le fleuve Congo, dans les environs de la ville de Boma, à 30 km au sud de Matadi, quatre ont péri par noyade et trois ont survécu, selon l’accusation.

« La difficulté pour le tribunal de concilier l’intention de tuer des prévenus, présenté comme violents, avec la remise à leurs victimes de bidons ou de récipients comme bouées de sauvetage, suscite encore des doutes », a affirmé lors du délibéré le juge René Nsibu.

« Les moyens présentés par l’accusation ne sont que de simples présomptions, pas suffisantes pour asseoir sa conviction », a estimé le juge Nsibu, ajoutant que le tribunal se trouvait « devant un doute périlleux qui (devait) profiter aux accusés ».

Ainsi, « le tribunal ne peut retenir les prévenus sur des liens de présomption de meurtre mis à leur charge, cette infraction de meurtre – infraction principale – n’ayant pas été retenue », a-t-il indiqué.

L’avocat de la défense, Me Max Mabiala, a aussitôt annoncé qu’il interjetait appel, soulignant que « la motivation du jugement n’est pas adéquate ».

Lors du procès, les prévenus avaient rejeté toutes les accusations portées contre eux, affirmant n’avoir jamais rencontré les victimes.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.