(AFP) – 

LE HAVRE — Le procès prévu jeudi matin de deux dirigeants de la CGT du Grand port maritime du Havre (GPMH) soupçonnés d’avoir détourné à leur profit de l’argent de leur syndicat a été renvoyé au 22 mars à la suite d’un incident de procédure.

Le tribunal correctionnel du Havre a pris cette décision à la suite de la nomination surprise mardi à la tête du syndicat d’un administrateur judiciaire qui s’est aussitôt porté partie civile. Le bureau du syndicat s’était jusqu’alors refusé à entamer une telle démarche en estimant que les deux dirigeants n’avaient rien à se reprocher.

Les juges ont estimé qu’un tel développement était de nature à avoir « une influence sur les intérêts de la défense » et ordonné le renvoi du procès comme le demandaient les avocats des prévenus, Patrick Deshayes, secrétaire général du syndicat et Brice Friboulet, adjoint et trésorier.

Poursuivis pour « escroquerie » et « abus de confiance », les deux syndicalistes sont soupçonnés d’avoir utilisé l’argent du syndicat pour régler des dépenses personnelles. Le montant du préjudice est estimé à 63.000 euros auxquels s’ajouteraient des notes de frais non justifiées réglées par le GPMH, qui s’est porté partie civile.

Une manifestation de soutien aux deux syndicalistes a réuni jeudi matin devant le tribunal 100 personnes selon la police, 200 selon la CGT.

Copyright © 2009 AFP. Tous droits réservés.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.