Philippines: la justice donne un coup de pouce à la relance des négociations de paix

AP | 13.08.2009 | 14:07

La Cour suprême des Philippines a ordonné jeudi la sortie de prison pour six mois au maximum d’un rebelle communiste qui doit participer aux négociations de paix avec le gouvernement à la fin du mois en Norvège.

La guerre civile a fait environ 120.00 morts en 40 ans dans l’archipel et a fortement nui à la croissance économique du pays, selon le gouvernement de Manille.

La guérilla exigeait la libération de Randall Echanis pour revenir aux pourparlers de paix qui doivent reprendre le 28 août en Norvège après plusieurs années d’interruption. Le conseiller présidentiel philippin pour la paix Avelino Razon Jr. a déclaré lundi que deux autres rebelles communistes, Vicente Ladlad et Rafael Baylosis, recherchés pour des crimes, ne seraient pas arrêtés pendant le temps où ils participeraient aux discussions.

La police a affirmé jeudi qu’elle n’avait pas encore reçu l’ordre de libération de Randall Echanis, arrêté l’an dernier pour les meurtres d’au moins 15 hommes considérés comme des espions à la solde de l’armée dans les années 1980.

Les précédentes négociations de paix ont échoué en 2004 car la Nouvelle armée populaire (NPA) tenait le gouvernement philippin pour responsable de son inscription sur les listes des organisations terroristes des Etats-Unis et de l’Union européenne.

Les nouvelles discussions porteront notamment sur une réforme agraire, la corruption des institutions, les violations des droits de l’Homme dont sont accusées les forces gouvernementales et la libération de dizaines d’autres prisonniers politiques, selon l’un des négociateurs de la rébellion communiste, Luis Jalandoni, qui vit en exil aux Pays-Bas.

L’armée a mené plusieurs offensives pour tenter d’éliminer la guérilla communiste avant la fin du mandat de la présidente Gloria Macapagal Arroyo en juin 2010. Il ne restait plus que 4.874 de ces rebelles en mai, selon les militaires, contre environ 25.000 au milieu des années 1980. AP

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.