Les faits remontent au 23 janvier 2008. Les pompiers de Bourbourg avaient découvert le corps sans vie du petit Brandon. Le nourrisson de 9 mois portait des traces de coup. Aujourd’hui, Laetitia, 27 ans, et Johnny, 24 ans, comparaissent à la cour d’Assises de Douai.

Déjà à l’époque, l’affaire avait fait grand bruit… L’émotion avait été vive à Bourbourg lors de la découverte du corps sans vie du petit Brandon, 9 mois. C’est la maman, Laetitia, qui avait alors alerté les pompiers au matin du 23 janvier 2008. Le corps de ce bébé était couvert d’hématomes. Les gendarmes ont été immédiatement prévenus. Et très vite, les parents de la petite victime ont été placés en garde à vue. Déjà condamné à 3 mois de prison par le tribunal correctionnel de Dunkerque pour agression sexuelle sur sa compagne, le père de Brandon, Johnny, est alors très vite poursuivi pour meurtre et violence par personne ayant autorité sur mineur de moins de 15 ans. En fait, la mort de l’enfant serait due à une agonie par asphyxie selon le procureur de la république de Dunkerque de l’époque, Jean-Philippe Joubert. Il est alors apparu que le père avait pour habitude d’emmailloter l’enfant comme une momie pour qu’il s’endorme plus vite, en se fatiguant à gesticuler. Mais cette nuit là, Brandon s’était réveillé et son père, selon ses propres déclarations, l’aurait saisi par le cou pour le tirer du lit et le secouer. Le père encourt la réclusion criminelle à perpétuité. La mère de Brandon est poursuivie, elle, pour non dénonciation de mauvais traitement sur un mineur de moins de 15 ans.

L’enquête avait par ailleurs révélé que Johnny, le père donc, avait également exercée des violences sur les deux premiers enfants de Laetitia, nés d’une autre relation. Les deux parents sont donc jugés jusqu’à mercredi à la cour d’assises de Douai.

Caroline FOURNIER

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.