« On peut dire que c’est un différend qui a mal tourné. »

Hier, face au tribunal correctionnel de Lyon, Jorge G., 26 ans, fait un peu froid dans le dos. Il constate les faits vaguement désolé, sans grande émotion, d’une voix monocorde au débit ultra-rapide, comme un médecin qui dicterait un diagnostic de lui-même.

Son détachement clinique s’accentue avec son visage pâle qui sort d’un sweat vert pomme, tombant sur un pantalon de survêtement jaune citron. « C’était juste une façon de faire peur » ajoute-t-il, le ton neutre, pour évoquer des violences infligées à sa jeune compagne, jeudi dansleur logement du 7e arrondissement de Lyon.

Et pas qu’une paire de claques dans un moment d’égarement : un coup de couteau, planté dans l’épaule. La scène serait le point d’orgue de trois ans de vie de couple où « les tensions s’étaient instaurées ». Il a été condamné à dix-huit mois de prison avec sursis et mise à l’épreuve avec obligation de soins et interdiction de rencontrer la victime.

Au cours de la même audience, une affaire similaire se présente. Encore un coup de couteau entre conjoints, dans l’omoplate cette fois. Et c’est la femme qui a frappé. Comme quoi, les violences conjugales ne sont pas une exclusivité masculine.

« Je me suis pas bien rendu compte, quand l’ambulance est arrivée on m’a dit que j’avais reçu un coup de couteau » dit à la barre un homme courbé, dont la voix abîmée et le regard perdu résument la situation.

Six ans de ménage à trois : le couple et l’alcool. Les violences ? « Pas vraiment, c’est surtout quand on boit » disent-ils en chœur, fouillant leur mémoire en plein prétoire. « C’est bien le problème » note le président du tribunal.

L’homme se demande ce qu’il a bien pu dire pour énerver sa compagne. La femme promet qu’elle va se faire soigner.

Eve N., 37 ans, a été condamnée à dix mois de prison avec sursis et mise à l’épreuve assortie d’une obligation de soins.

A la sortie du palais de justice, les deux couples se sont croisés, comme s’ils sortaient d’un mauvais rêve, sans savoir leur point commun.

INFO JUDICIAIRE SELECTIONNEE POUR VOUS PAR INTIME CONVICTION

1 réponse

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.