Les droits violés de Douch

C’est une petite victoire pour François Roux. L’avocat français de Douch rappelait depuis le début du procès du directeur de S-21, en février, que son client était détenu illégalement depuis dix ans. Hier, les Chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens (CETC) ont reconnu que cette détention provisoire sans procès constituait une « violation » des droits de Douch, dont le vrai nom est Kaing Guek Eav.

L’ex-tortionnaire du centre de Tuol Sleng avait été arrêté en mai 1999. Il a été détenu par une Cour militaire cambodgienne, puis par les CETC à partir du 31 juillet 2007. Les CETC ont néanmoins rejeté l’appel pour une libération conditionnelle que les avocats de Douch avaient présenté le 1er avril.

Douch, 66 ans, pourrait donc bénéficier d’une réduction de peine lorsqu’un verdict sera rendu. Poursuivi pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité, il risque la prison à perpétuité.

Le 31 mars dernier, « Douch » avait admis sa part de responsabilité dans l’exécution d’au moins 12380 adultes et enfants à S-21. Devant le tribunal, il avait à nouveau demandé pardon aux victimes des Khmers rouges. Selon François Roux, cet aveu et ce pardon devraient également être pris en compte au moment du verdict.
Arnaud Vaulerin

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.