France 24

Mardi 26 mai 2009

Après la décision de Barack Obama de suspendre les procès en cours à Guantanamo, le jeune détenu afghan Mohammed Jawad ne peut plus espérer une libération rapide, obligeant ses avocats américains à changer de stratégie.

Détenu à Guantanamo, le jeune afghan Mohammed Jawad espère une libération prochaine. Mais la récente décision de Barack Obama de suspendre tous les procès en cours au camp de détention Guantanamo, avant qu’il ne ferme, obligent ses défenseurs américains à revoir leur stratégie. Et à se tourner aujourd’hui vers la plus haute cour d’Afghanistan.

Si l’accueil de la cour afghane est encourageant, celle-ci n’a aucun statut aux Etats-Unis. De fait, l’un des avocats du jeune homme, le major Eric Montalvo, espère que cette action soit suffisamment embarrassante pour aboutir à une libération rapide. « C’est une affaire gênante pour le système judiciaire américain », a-t-il ainsi déclaré à l’Associated Press.

Mohammed Jawad a déjà passé une grande partie de sa vie en prison. Le jeune homme a été arrêté en 2002 après une attaque à la grenade contre un convoi américain, qui a blessé deux soldats américains et leur traducteur afghan.

Détenu dans un premier temps à Bagram, en Afghanistan, il a été transféré au camp de Guantanamo pour, selon l’acte d’accusation, « tentative de meurtre en violation des lois de la guerre ».
« Sept ans en cage »
A l’époque des faits, les autorités américaines affirment que Mohamed Jawad était âgé de 18 ans, ce que ses avocats de la cour militaire américaine ont toujours contesté. « C’est un enfant, déclare un de ses avocats. Il a été gardé loin de sa famille, loin de gens qui parlaient sa langue. Il a été emprisonné dans une cage pendant sept ans ».

Né dans un camp de réfugiés afghans au Pakistan, Mohammed Jawad n’a pas d’acte de naissance officiel. Ses avocats apportent aujourd’hui la preuve qu’à son incarcération, Mohammed Jawad avait à peine 12 ans. Selon le major Eric Montalvo, sa famille se souvient qu’il est né environ six mois après son frère tué dans la baille de Khost, qui a eu lieu au cours de l’hiver 1990-1991. Cela porterait ainsi à 12 ans l’âge de Mohammed Jawad au moment de l’attaque contre le convoi américain. « Tous nos documents prouvent que ce jeune homme devrait être libéré », concluent ses défenseurs.

Mohammed Jawad n’est pas le premier mineur, ou présumé tel, a être emprisonné à Guantanamo. Les autorités américaines ont reconnu détenir 12 mineurs.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.