Le nationaliste corse, condamné pour l’assassinat du préfet Claude Érignac, a intenté au civil un procès contre Nicolas Sarkozy pour atteinte à la présomption d’innocence. Le chef de l’Etat s’était félicité d’avoir arrêté « l’assassin du préfet Erignac ».

Yvan Colonna a porté plainte contre Nicolas sarkozy, alors ministre de l'Intérieur, pour atteient à la présomption d'innocence. (Reuters)

Yvan Colonna a porté plainte contre Nicolas sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, pour atteient à la présomption d’innocence. (Reuters)

C‘est aujourd’hui, mercredi 3 juin, qu’Yvan Colonna retourne devant le tribunal de grande instance (TGI) de Paris, après avoir porté plainte au civil contre Nicolas Sarkozy pour atteinte à la présomption d’innocence. Il s’agit d’une audience sur le fond, qu’avait exigée le nationaliste corse, condamné pour l’assassinat du préfet Claude Erignac, après avoir été débouté par un juge des référés en avril 2007.
Claude Erignac, plus haut représentant de l’Etat en Corse, avait été assassiné le 6 février 1998 à Ajaccio par trois hommes et la justice a considéré qu’Yvan Colonna était membre du groupe.
Il a toujours clamé son innocence et s’est pourvu en cassation après sa condamnation en appel, le 27 mars 2009, à la réclusion à perpétuité assortie d’une période de sûreté de 22 ans.

« L’assassin du préfet Erignac »

Dans une procédure parallèle, jugée devant la 1ère chambre civile du TGI, Yvan Colonna reproche à l’actuel chef de l’Etat de l’avoir plusieurs fois publiquement présenté comme coupable, avant tout jugement, lorsqu’il était ministre de l’Intérieur.
Ce fut notamment le cas le 5 janvier 2007 lors d’un déplacement du candidat Nicolas Sarkozy à Sainte-Lucie de Tallano, un village de Corse-du-Sud.
« Vous pensez qu’il est l’assassin, comme vous l’avez dit le jour de son arrestation? », lui avait alors demandé un journaliste.
« Si, vous le savez! Il n’y a pas que moi qui le pense. Sinon je ne pense pas qu’on l’aurait gardé en prison », avait répondu Nicolas Sarkozy.
Le 4 juillet 2003, Nicolas Sarkozy s’était en effet félicité lors d’une réunion publique de l’arrestation de « l’assassin du préfet Erignac« . Ces propos sont aujourd’hui prescrits.

(Nouvelobs.com)  NOUVELOBS.COM | 03.06.2009 | 06:25

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.