AP | 12.08.2009 | 10:54

« Dp> »Duch », le directeur de la prison S-21 à Phnom Penh sous le régime des Khmers rouges, a demandé lors de son procès au peuple cambodgien de le condamner à « la peine la plus sévère ».

Cette déclaration de « Duch », Kaing Guek Eav de son vrai nom, a eu lieu lors de l’audience d’une veuve, venue réclamer justice pour son mari et ses quatre enfants morts sous le règne des Khmers rouges.

« J’accepte le regret, la tristesse et la souffrance des millions de Cambodgiens qui ont perdu maris et femmes », a déclaré l’accusé au tribunal. « Je voudrais que le peuple cambodgien me condamne à la peine la plus sévère ».

Le procès de « Duch », 66 ans, a commencé en mars dernier devant un tribunal mis en place sous l’égide des Nations unies, pour crimes contre l’humanité, crimes de guerre, tortures et homicides commis à l’époque où il dirigeait la prison S-21. Dans ce centre de détention, également connu sous le nom de Tuol Sleng, jusqu’à 16.000 hommes, femmes et enfants ont subi des sévices avant d’être tués.

On estime que 1,7 million de Cambodgiens sont morts à cause de la faim, du manque de soins médicaux, de conditions de travail inhumaines et d’exécutions sous les Khmers rouges, de 1975 à 1979.

« Duch » est le premier de cinq responsables du régime communiste de Pol Pot à être jugé, et le seul à reconnaître ses actes. Son procès devrait se terminer d’ici la fin de l’année. Il risque la prison à vie.

Lors de l’audience de mercredi, Bou Thon, 64 ans, a raconté que son mari, chauffeur pour le ministère de l’Industrie des Khmers rouges, avait été accusé de trahison et envoyé à la prison S-21. Il a disparu, ainsi que leurs quatre enfants, et la veuve a expliqué qu’elle pensait qu’ils avaient été tués à Choeung Ek, le lieu d’exécution des prisonniers du centre de détention.

« Duch », interrogé par le juge sur les exécutions sous le régime khmer, a déclaré qu’elles étaient comme « la mort d’un éléphant que personne ne peux camoufler avec seulement trois feuilles de tamarin ». AP

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.