Espagne: procès du PDG de Telefonica

AFP
Le président du géant espagnol des télécoms Telefonica, Cesar Alierta, a comparu aujourd’hui devant un tribunal de Madrid, pour un présumé délit d’initié en 1997 et 1998 lorsqu’il dirigeait une autre entreprise, la société de tabac Tabacalera.

Selon l’accusation, M. Alierta aurait à l’époque bénéficié de deux informations privilégiées et s’en serait servi frauduleusement pour acheter indirectement des actions et s’enrichir d’environ 1,8 million d’euros.

Le parquet demande contre M. Alierta quatre ans et demi de prison.
La procédure a connu de multiples rebondissements, la justice ayant considéré en 2005 que le cas était prescrit. Le dossier a finalement été rouvert en 2007, en dépit de divers recours de la défense qui a même saisi le Tribunal constitutionnel.

L’autorité espagnole des marchés (CNMV) avait en son temps enquêté sur le dossier et n’a pas sanctionné M. Alierta.
Lors de la première journée du procès, la défense a de nouveau demandé un non-lieu pour prescription des faits devant un tribunal de Madrid.

L’avocat de M. Alierta a également demandé l’annulation de la procédure en raison de l’absence de victimes. En effet, l’association d’usagers Auge, à l’origine de la procédure en 2002, a retiré ses accusations lundi.

M. Alierta est président depuis juillet 2000 du géant espagnol des télécommunications Telefonica. Il cumule depuis septembre 2003 toutes les fonctions exécutives de direction.

Telefonica est un géant international des télécoms. Outre l’Espagne où il est le principal opérateur, il possède aussi notamment le britannique O2 et est très présent en Amérique latine.

Tabacalera a fusionné avec la française Seita en 1999, donnant naissance au groupe Altadis, racheté début 2008 par le britannique Imperial Tobacco.

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.