La Voix du Nord

Dans la nuit du 4 au 5 avril, deux hommes, habitant à quelques mètres du palais de justice, se retrouvent aspirés dans un tourbillon de violence. Au menu, alcool, drogue et couteau.

Dans l’obscurité, la haute tour du palais de justice pourrait servir de phare, ou alors de poste d’observation, de biens tristes pérégrinations du secteur du Vieux-Lille où elle a été plantée. En ces premiers jours de printemps, une jeune femme est attirée dans le logement de Karim D. Une bizarre soirée de cocktails s’engage. Dans le shaker, de l’alcool, des comprimés, de la drogue… L’invitée se réveillera le lendemain matin, plus légère de son téléphone portable et l’âme alourdie par de sérieux doutes : que lui est-il arrivé durant ce sommeil artificiel ? Des soupçons de viol seront finalement laissés de côté par les enquêteurs.

Karim D. n’est pas seul. Alors que la jeune femme dort, cet homme de 34 ans gagne les rues du Vieux-Lille avec Bouziane Ouas, bientôt 44 ans. À l’air libre, le ton monte face à un homme dans la force de l’âge. Colère. Coups de couteau ou de cutter ?

Hier, du fond du box des prévenus, Bouziane Ouas, défendu par Jean-Baptiste Hennion, apparaît quelque peu confus. L’homme croisé dans la rue jurera s’être fait voler son portefeuille. Ouas rejette toute velléité de vol. En revanche, le prévenu développe un discours stigmatisant une réalité très locale. À l’entendre, l’inconnu victime de l’attaque avait été invité à quitter les trottoirs du Vieux-Lille, Ouas le soupçonnant de chercher une prostituée. « J’ai pété un câble », s’emporte alors Ouas. « Si vous vous estimez le vengeur et le nettoyeur du quartier, ce n’est pas plus rassurant », soupire alors la présidente Cécile Dangles. « Je sais que j’aurais pu le tuer », reconnaîtra cependant Bouziane Ouas.

Quelques heures plus tard, Karim D. quittera le palais de justice libre, avec en poche une condamnation à huit mois de prison avec sursis et mise à l’épreuve. Pour Ouas, ce sera trente mois ferme, sans sursis et avec mandat de dépôt. • L. B.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.