LE CAIRE – Le haut tribunal constitutionnel égyptien a ouvert la voie dimanche à la nomination de femmes au Conseil d’Etat, près d’un mois après un vote interne à l’institution qui avait écarté les magistrates.

La plus haute instance judiciaire d’Egypte, sollicitée par le Premier ministre Ahmad Nazif pour une clarification des lois régissant le Conseil d’Etat, a affirmé que c’est le comité administratif du Conseil –composé de juges– qui est qualifié pour se prononcer sur cette question, et non l’assemblée générale.

Cette assemblée avait voté le mois dernier à une écrasante majorité contre la présence de femmes juges au Conseil d’Etat, chargé de régler les contentieux administratifs liés à l’exercice du pouvoir public.

Le comité administratif examinera cette question le 22 mars, a indiqué à l’AFP sous le couvert de l’anonymat un juge du Conseil d’Etat, en qualifiant l’explication rendue par le tribunal de « sage et satisfaisante ».

Aux termes de la loi, la nomination de nouveaux magistrats au Conseil d’Etat se fait par décret présidentiel après approbation du comité administratif.

Le vote de l’assemblée générale avait révélé le malaise persistant qui entoure la question de la présence des femmes aux postes de haut niveau. Il avait été très critiqué par des ONG, dont Human Rights Watch, qui avait appelé le gouvernement à mettre fin aux discriminations contre les femmes dans ce domaine.

(©AFP / 14 mars 2010 19h33)

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.