COTE D’IVOIRE –
Article publié le : mardi 09 février 2010 – Dernière modification le : mardi 09 février 2010

Gaston Tié Bi Foua, président du tribunal de Divo.

N. Navarro / RFI
Par RFI

Le tribunal de Divo, dans le centre-sud du pays, doit rendre ce mardi 9 février son jugement, mis en délibéré la veille, sur la demande du maire de la ville de radier 252 autres inscrits sur la liste électorale. La semaine précédente, ces audiences avaient provoqué deux jours d’émeutes qui avaient fait 8 blessés, dont plusieurs par balles. L’audience du lundi 8 février s’est déroulée sous bonne garde et sans incident. Mais la tension autour de ces procès en radiation alimente la crispation de la situation politique et sociale en Côte d’Ivoire.

C’est un jugement sans appel mais non sans paradoxes que doit rendre ce mardi 9 février le tribunal de Divo. Car les 252 inscrits, que leur maire veut radier de la liste électorale au motif qu’ils ne seraient pas Ivoiriens, ne seront pas pour autant tous fixés sur leur sort.

Que deviendront en effet ceux d’entre eux qui étaient déjà inscrits sur la liste électorale de l’an 2000 et qui sont déjà, de ce fait, des Ivoiriens de plein droit ? Autre paradoxe : l’avocat de la défense ayant brillé par son absence à l’audience du lundi 8 février à Divo, c’est le procureur qui, à 252 reprises, a, de fait, défendu les absents en déclarant irrecevable la demande du maire.

Et si le président du tribunal décidait de radier les 252, que penser alors des relations entre un juge et son collègue procureur, par lui désavoué ? Ambiance garantie au tribunal. Justement, les Forces nouvelles ont dénoncé un « péril réel » planant dans les localités sur la coexistence pacifique entre des communautés qui « se regardent en chiens de faïence » et qui seraient « prêtes à s’attaquer ». L’ex-rébellion y voit les « germes d’une guerre civile » et brandit carrément le spectre d’un « Rwanda qui se prépare en Côte d’Ivoire ».

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.