AP

La société Air France a été relaxée par le tribunal correctionnel de Créteil (Val-de-Marne) à la suite de la mort accidentelle d’une hôtesse de l’air en février 2005.

Un ancien agent de piste a été condamné à un an de prison avec sursis pour « homicide involontaire ». Sur le plan civil, Air France et l’agent de piste devront payer conjointement 75.000 euros au titre des dommages et intérêts, explique-t-on de même source.

Le ministère public avait requis entre 80.000 et 100.000 euros d’amende à l’égard de la compagnie aérienne et six mois de prison avec sursis et 10.000 euros d’amende contre l’ancien agent de piste.

Le 1er février 2005, une hôtesse de l’air avait fait une chute mortelle d’une passerelle permettant d’accéder à un avion, en raison du retrait prématuré de cette passerelle. L’agent de piste chargé de manier l’escalier mobile avait été mis à pied puis licencié pour « faute grave » par Air France.

La compagnie aérienne avait été placée sous le statut de témoin assisté dans cette procédure avant de faire l’objet d’une mise en examen en tant que personne morale.

A la suite de ce drame, plusieurs syndicats des personnels de pistes avaient lancé des mouvements de grève pour dénoncer la mise à pied de leur collègue, ainsi que les conditions de travail et de sécurité dans les aéroports. AP

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.