Zurich (awp/ats) – Le procès de deux anciens hauts cadres de la banque Vontobel s’est ouvert mercredi devant le Tribunal de district de Zurich. Hans-Peter Bachmann et Jörg Fischer, qui doivent notamment répondre d’escroquerie par métier, ont clamé leur innocence. L’accusation requiert des peines de prison.

Le Ministère public a requis la peine la plus lourde, soit quatre ans d’emprisonnement à l’encontre de Hans-Peter Bachmann. Agé aujourd’hui de 51 ans, l’ancien chef des finances de la banque Vontobel est accusé, outre d’escroquerie par métier, de faux dans les titres et de gestion déloyale, entre autres.

Ex-patron de la banque, Jörg Fischer, 65 ans, doit pour sa part également répondre d’escroquerie par métier, de faux dans les titres et de gestion déloyale. Le parquet requiert une peine de prison de deux ans avec sursis ainsi qu’une amende de 5000 francs.

Enfin, deux anciens réviseurs de la société d’audit comptable et de révision PricewaterhouseCoopers sont accusés de faux dans les titres. Ils risquent des peines de 90 jours amendes à 2000 francs pour l’un et 90 jours amendes à 200 francs pour l’autre, ainsi que des amendes de 6000 et 600 francs, respectivement.

Les faits reprochés remontent à mars 2000. M. Bachmann aurait alors par l’entremise d’une émission falsifiée escroqué une filiale de Private Equity Holding (PEH).Cette dernière aurait alors payé plus de 138 millions à la banque Vontobel pour des actions surévaluées.

Plusieurs actionnaires de PEH se sont ainsi trouvés lésés dans cette affaire. Détail piquant, M. Bachmann exerçait alors un double mandat, puisqu’il occupait la vice-présidence de Private Equity Holding. M. Fischer aurait pour sa part été au courant des activités illicites de M. Bachmann.

Le Ministère public de Zurich reproche encore à M. Bachmann d’avoir conduit PEH à investir dans la société informatique allemande WMX, alors en grosse difficulté. Après la faillite de la société, PEH a subi une perte de 35 millions de francs.

A l’ouverture du procès, les quatre accusés ont clamé leur innocence. Actuellement entrepreneur indépendant, M. Bachmann s’est réfugié derrière des failles de mémoire. Il par ailleurs déclaré avoir agi de manière légale, même s’il reconnaît s’être montré trop optimiste à l’époque quant à l’évolution de la conjoncture.

Retraité, M. Fischer a aussi rejeté en bloc toutes les accusations. A l’image des deux réviseurs, il a demandé à être acquitté. Durant cette première audience, le procureur a résumé dans sa plaidoirie les plus de neuf années qu’a exigées l’enquête. Il a réclamé à la banque Vontobel des dommages de plus de 131 millions de francs.

Le procès se poursuit jeudi et vendredi avec les plaidoiries de la défense. Le jugement est pour sa part attendu le 20 janvier.

ats/mm

(AWP/16 décembre 2009 18h38)

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.