Le 14 août 2000 à 10 h 53, les pompiers de Bastia se rendaient dans le quartier de Paese Novu pour porter secours à un homme blessé par balles. En vain. Sur place, gît le corps de Massimo Sbragi, un représentant en bijoux d’origine italienne âgé de 38 ans, résidant à Patrimonio. Sa sacoche est manquante. Il venait tout juste de sortir du domicile d’un client. Le mobile ? Sa précieuse mallette contenant des bijoux. Dérobée par ses deux agresseurs au prix d’une véritable lutte, où le t-shirt de l’un des malfrats avait été arraché. La fuite de la victime s’était achevée par deux tirs de 22 long rifle dans le thorax.

Deux hommes condamnés à 18 et 15 ans en 2008

La nouvelle de sa mort avait suscité une vive émotion dans la région bastiaise. Quelques jours plus tard, trois personnes étaient entendues par les hommes du SRPJ. Alors qu’une quatrième était activement recherchée. Finalement, au terme d’une longue procédure, deux accusés comparaissent devant la cour d’assises de Haute-Corse, fin octobre 2008. Soit plus de huit ans après l’homicide du courtier en bijoux. À la barre, les avocats avaient notamment plaidé un « vol à l’arraché qui avait mal tourné. » Malgré la théorie d’un troisième homme, jugé commanditaire, le jury condamne Emmanuel Pezzini à 18 ans de réclusion criminelle pour « vol avec violence avec intention de donner la mort. » Hervé Villa écopait quant à lui de 15 ans. Ils étaient respectivement âgés de 21 et 20 ans au moment des faits. Après le verdict, des incidents avaient émaillé la sortie de l’audience. Un dispositif de sécurité renforcé devrait encadrer cette dernière semaine des assises de la Corse-du-Sud. Les jurés d’Ajaccio auront la lourde tâche de remonter dix ans en arrière pour comprendre ce qui s’est passé au pied de l’immeuble où Massimo Sbragi a perdu la vie.

P. O.
29 mars 2010

Un vol à l’arraché « assez facile à faire » qui s’est conclu par

Corse-Matin – ‎29 mars 2010‎

L’ancien légiste qui avait pratiqué l’autopsie du corps de Massimo Sbragi, tué le 14 août 2000 à Bastia, est clair et précis.

L’avocat général persiste et signe : 18 et 15 ans requis contre

Corse-Matin –

Faute de réminiscences, la cour ignore toujours qui a blessé mortellement avec une arme Massimo Sbragi, à Bastia, le 14 août 2000. ..

Une veille de 15-Août, Massimo Sbragi ex-garde du corps du juge

Corse-Matin – ‎30 mars 2010‎
Pour revenir sur cette fameuse matinée du 14 août où Massimo Sbragi a perdu la vie (lire notre édition d’hier). Le commandant Jérôme Martin, qui dirigeait ….
0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.