9 janvier 2010

Martin Redrado regagne la banque centrale d’Argentine.

Reuters / Sebastian Garcia
Par RFI

La justice a décidé de rétablir Martin Rebrado dans ses fonctions de chef de la Banque centrale. Il avait été limogé jeudi 7 janvier 2010 par la présidente, Cristina Fernandez de Kirchner, qui lui reprochait de tarder à mettre à disposition de l’exécutif 6 milliards et demi de dollars pour payer la dette en 2010.Cette décision est un dur revers pour la présidente de l’Argentine.

Avec notre correspondant à Buenos Aires, Jean-Louis Buchet

L’intervention de la justice était attendue mais on ne l’imaginait pas aussi tranchante. En deux décisions successives, la juge Maria José Sarmiento a asséné de très durs coups à la présidente Cristina Fernández de Kirchner.

La première suspend le transfert au Trésor de 6,5 milliards de dollars de réserve de la Banque centrale en attendant que la Cour suprême se prononce sur la constitutionnalité de l’opération. La seconde rétablit dans ses fonctions le président de la Banque centrale Martin Retrado qui refusait le transfert en question et avait été destitué par un décret présidentiel qui ne respectait pas les procédures légales.

L’exécutif minimise la portée de ces décisions qui pourront être annulées en appel.
Mais le mal est fait : l’objectif recherché par le gouvernement, en utilisant les réserves comme garantie du paiement de la dette extérieure en 2010, était de rassurer les marchés, c’est tout le contraire qui se produit.

Pour beaucoup, la précipitation avec laquelle le pouvoir veut mettre la main sur les réserves s’expliquerait par des besoins financiers impérieux. De plus, le pays s’est installé dans une crise institutionnelle avec un gouvernement affaibli qui sera de plus en plus contesté par la justice s’il continue de prendre des décisions aussi mal préparées d’un point de vue constitutionnel.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.