5 ans de prison ferme pour Cheb Mami

Cheb Mami

Agrandir l'image

Crédit Photo : ABACA

Image d’archives

  • La star franco-algérienne du raï, 42 ans, a été condamnée vendredi par le tribunal correctionnel de Bobigny à 5 ans de prison pour tentative d’avortement forcé sur son ex-compagne.

LCI picto cliquez regardez
> Le rappel des faits

La star algérienne de la musique raï Cheb Mami a été condamnée vendredi à cinq ans de prison pour des violences infligées en août 2005 à son ex-compagne, qu’il voulait voir avorter. Ecroué depuis lundi à la prison de la Santé à Paris après deux années de fuite en Algérie, Cheb Mami, Mohamed Khelifati à l’état-civil, a vu son maintien en prison également prolongé. La peine est moins sévère que les sept ans requis la veille par la procureure et est aussi en dessous de la peine maximale – dix ans- encourue. Avec des remises de peine, le chanteur peut recouvrer la liberté dans « un peu plus de deux ans« , a souligné maître Claire Doubliez, l’un des conseils du chanteur. « Nous n’allons pas faire appel« , a ajouté l’avocate. D’après elle, Cheb Mami a accueilli son emprisonnement avec « soulagement parce que tout ça est fini, mais aussi avec angoisse parce qu’il va devoir passer 5 ans en prison« .

Son agent Michel Le Corre, qui comparaissait libre, a été condamné pour sa part à quatre ans de prison et immédiatement écroué. Hicham Lazaar et Abdelkader Lallali, proches du chanteur et exécutants présumés des violences, sont condamnés respectivement à trois et six ans de prison. Le tribunal a délivré des mandats d’arrêt à leur encontre. Ils ne sont pas venus au procès qui s’est déroulé jeudi.

Cheb Mami s’est dit « piégé« 

Le dossier portait sur la séquestration les 28 et 29 août 2005 de la victime dans la villa personnelle du chanteur à Alger, et sur des brutalités infligées toute une nuit par Kader Lallali et deux « avorteuses » non identifiées, à l’instigation de Cheb Mami et Michel Le Corre.

Pendant le procès, Cheb Mami a parlé de « faute ». Mais ce n’est que tardivement, jeudi, qu’il a demandé pardon à la victime : « Je regrette tout ce qui s’est passé« , a-t-il lancé après les plaidoiries de ses conseils. Et s’il a reconnu sa responsabilité, il a aussi soutenu avoir été « piégé« .

Le chanteur algérien de 42 ans, de son vrai nom Mohamed Khelifati, est une icône dans son pays où il a lancé le raï dans les années 80 avant de l’exporter en France. Cheb Mami a élargi sa célébrité avec le tube mondial « Desert rose » avec Sting en 2000.

(D’après agence)

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.