1 chance sur 2.332 a suffi

(12/06/2009)

Non-lieu après avoir été soupçonné d’un assassinat pendant 10 ans et été deux fois détenu

BRUXELLES Le suspect de l’assassinat d’une jeune femme tuée dans sa salle de bains en juin 1998 à Saint-Josse a bénéficié d’un non-lieu chanceux. En effet, les examens ADN fixaient à une chance contre 2.332 qu’il ne soit pas l’assassin. Au final, ce doute infime de 1 sur 2.332 a prévalu et la chambre du conseil l’a lavé de tout soupçon.

Suspect numéro 1 du meurtre d’Ira Wauters, le Bruxellois avait été détenu dans cette affaire à deux reprises, en mai 1999 et encore pendant six mois, de mars 2001 à septembre 2001.

S’il avait 1 chance sur 2.332 de ne pas être l’assassin, il en avait 2.331 de l’être. Le non-lieu est définitif, même si de nouveaux éléments à charge apparaissaient.

En effet, devenu concierge d’immeuble à Koekelberg, l’ex-suspect a de nouveaux problèmes avec la justice, encore tout récemment pour avoir menacé un voisin de lui « coller deux balles dans la tête ». Plainte a été déposée auprès de la police de la zone Bruxelles-Ouest. En novembre 2008 encore, il avait écopé de 170 heures de travaux d’intérêt général pour des violences sur une prostituée.

Trois ans avant le meurtre d’Ira Wauters, enfin, le même avait écopé de 4 ans d’emprisonnement – avec sursis partiel, ce qui lui avait permis d’être libre après 7 mois – pour agression sexuelle. Des psychiatres avaient détecté des signes de psychopathie. Le voilà définitivement hors de cause après être passé à un cheveu de la cour d’assises.

Plus exactement à 2 cheveux : les examens pratiqués par les services du prof. Jean-Jacques Cassiman (KUL) ne pouvaient certifier à 2.332 sur 2.332 que les 2 cheveux trouvés dans la baignoire de la victime étaient les siens. La faute à des cheveux incomplets : les résultats n’étaient concluants qu’à 2.331 sur 2.332.

Et tous les autres indices – comme celui de la veste verte de l’assassin – n’ont pas suffi non plus. La victime, Ira Wauters, une artiste de 29 ans, vivait seule en appartement rue Eeckeleers, à St-Josse. Elle avait été trouvée nue dans sa baignoire le 3 juin 1998.

Un assassin remarquable : à un détail, la noyade passait pour un accident. Mais comment Ira qui mesurait 1 m 78 avait pu se noyer dans une baignoire d’à peine 1 m 40 ? À l’autopsie, de minuscules détails avaient révélé qu’en fait la victime avait été bâillonnée et ses poignets entravés ainsi que ses chevilles, puis les liens retirés pour faire croire à la noyade.

Ira n’avait pas été violentée. Mais l’assassin avait volé sa carte Bancontact et l’avait utilisée deux nuits de suite 31 fois au total pour à peine 350 euros de retraits. Le suspect était le voisin du dessus de la jeune femme. Il prétendait n’avoir jamais mis les pieds chez sa voisine. Le cas échéant, les cheveux dans la baignoire prouvaient le contraire.

L’homicide restera impuni. L’assassin ne sera jamais arrêté ni jugé. Il échappe à la justice.

Gilbert Dupont

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.