PEKIN, 28 juil 2009 (AFP) –

Un Ouïghour chrétien était jugé mardi pour avoir « révélé des secrets d’Etat », à Kashgar, dans l’extrême ouest de la région chinoise du Xinjiang, a annoncé l’organisation chrétienne américaine China Aid, en dénonçant un cas de persécution religieuse.

Jointe par téléphone, une responsable du tribunal de Kashgar, qui n’a pas voulu s’identifier, a confirmé l’ouverture du procès d’Alimjan Yimit, en refusant de préciser les charges pesant contre lui.

A Kashgar, dans l’extrême ouest de la région chinoise du Xinjiang, le tribunal n’a pas rendu sa sentence, a-t-on appris auprès de son avocat. « Le procès a duré environ trois heures. Il n’était pas public », a déclaré Me Liang Xiaojun, qui, en l’absence de jugement, n’a pas souhaité faire plus de commentaire.

Liang Xiaojun a simplement précisé que son client, Alimjan Yimit, aussi connu comme Alimujiang Yimiti, avait plaidé non coupable et qu’il était apparu en bonne santé lors de ce procès à huis clos.

Les autorités n’ont pas fait savoir de quoi M. Yimit était officiellement accusé. Jointe par téléphone, une responsable du tribunal de Kashgar, qui n’a pas voulu s’identifier, avait confirmé mardi matin l’ouverture du procès, en refusant de préciser les charges pesant contre lui.

Selon China Aid, M. Yimit est jugé pour « révélation de secrets d’Etat », un motif souvent invoqué par les autorités chinoises dans des procès politiques.

« Les charges sont vues comme une couverture pour une persécution religieuse et des sources estiment que la raison de la détention de M. Yimit est sa foi chrétienne (…) », estime China Aid.

Selon l’ONG, M. Yimit a été arrêté en janvier 2008 et inculpé de « mise en danger de la sécurité nationale ».

Quelques mois plus tôt, en septembre 2007, les autorités avaient fait fermer plusieurs entreprises possédées par des chrétiens, dont la compagnie britannique Jirehouse, pour laquelle Alimjan Yimit travaillait, toujours selon l’organisation.

Le Xinjiang est une région autonome du nord-ouest de la Chine, majoritairement peuplée de musulmans ouïghours.

Sa capitale, Urumqi, a été le théâtre d’émeutes et de violences début juillet opposant des Ouïghours aux Hans, l’ethnie majoritaire en Chine, qui ont fait au moins 197 morts.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.