Un chagrin d'amour de porcelainier

Un chagrin d’amour de porcelainier (31/10/2008)

Source, Le Progrès de l’Indre
Maître Périchon l’avocat du porcelainier.

Germaine était peut-être une femme légère, mais Raymond l’aimait. Ou plus exactement il a très mal supporté une infidélité… non rémunérée.

Le 30 juillet 1932, est célébré à Châteauroux le mariage de Raymond Blin, 25 ans, auxiliaire des PTT, avec Germaine Giraudon, jolie brunette de 32 ans. Dans cette liesse générale, un homme rôde, observe encore un peu plus les moindres mouvements de la mariée. Il est agité. Il s’agit de Marcel Carré, porcelainier à l’usine Chaput de Villedieu-sur-Indre et ancien ami de Germaine.
Avant d’épouser Raymond Blin, Germaine a vécu pendant huit ans avec Marcel. Le couple habitait alors à Celon, près de Villedieu-sur-Indre. A l’époque, la conduite de Germaine était loin d’être exemplaire. Elle partait tous les week-ends à Châteauroux et revenait en début de semaine avec de l’argent. Comme Marcel profitait de ce pécule issu de la prostitution de sa concubine, il n’a jamais trop rien dit.
C’est justement au cours d’une de ses sorties que Germaine a rencontré son nouveau mari. Le 10 juillet 1932, elle quitte Marcel et part s’installer au domicile de Raymond et de sa sœur, Marguerite Lory, 56, rue Nationale à Châteauroux. De son côté, Marcel semble se faire à cet abandon. Il n’émet qu’une seule condition, que son ancienne amie lui envoie de temps en temps une lettre pour lui remonter le moral.
Les semaines passent et Marcel ne reçoit rien. Cela le met hors de lui. Le porcelainier se met alors à écrire de nombreuses lettres de menaces. Le 31 août, un accident de machine immobilise la fabrique de porcelaine Chaput. Marcel est libéré. Il tourne en rond. Ses idées de vengeance ne le quittent plus.

La femme du postier n’envoie pas de lettres

Le porcelainier, décidé à en finir, prend sa bicyclette, part pour Châteauroux où il arrive au début de l’après-midi. Dans sa poche, il a son couteau, outil de porcelainier. Ce 31 août 1932, vers 15 h, Germaine, accompagnée de sa belle-sœur, Marguerite Lory, quitte la rue Nationale pour se rendre chez une parente, route de La Châtre. Lorsque les deux femmes arrivent au carrefour de la route de La Châtre, elles aperçoivent Marcel qui les suit. Marcel se rapproche brusquement des deux femmes. « Allez-vous-en ! Laissez nous tranquilles ! », lance Marguerite à Marcel. « Ce que j’ai ne vous regarde pas », répond le porcelainier. Aussitôt, Marcel lâche sa bicyclette, s’arme de son couteau et d’un geste rapide et sauvage se met à frapper Germaine à la gorge, au cœur, au ventre. La malheureuse s’écroule sur la chaussée. Toujours en vie, Germaine se relève difficilement. Elle tente de s’enfuir. Elle est rattrapée par son ancien amant qui s’acharne sur elle. Un bruit sourd résonne dans la rue, puis plus rien. Le manche du couteau de l’assassin vient de se briser laissant la lame plantée dans le corps de sa victime. Germaine ne bouge plus. Des habitants du quartier surviennent et immobilisent le meurtrier le temps que la police arrive.

© Copyright La Nouvelle République 2009

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.