AP | 25.01.2010 | 17:40

Le tribunal correctionnel de Marseille a condamné lundi à un an de prison avec sursis une femme qui avait braqué un bureau de tabac alors qu’elle était surendettée et menacée d’expulsion.

C’est la peine qu’avait requise le procureur contre Rose Vicari, une mère de famille de 50 ans, qui expliquait avoir agi « par nécessité ».

Le 8 décembre dernier, elle avait attaqué, avec une arme dans son sac, un tabac-presse situé boulevard de Saint-Loup, dans le dixième arrondissement de Marseille.

Jugée pour « tentative d’extorsion de fonds par violence et détention d’arme », elle encourait jusqu’à sept ans de prison ferme mais n’a finalement écopé que d’un an avec sursis.

Mère de deux enfants de 23 et 27 ans, elle a expliqué à la barre, en larmes, qu’elle regrettait son geste. « Je voulais faire comme un emprunt forcé. J’étais dans un désespoir immense. Je cherchais à trouver une solution ».

« Elle a pensé au suicide, mais elle a trouvé une autre solution: le suicide social », ont plaidé ses avocats, Mes Pascal Luongo et Jean-Claude Valéra. AP

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.