Terrorisme: cinq hommes aux assises pour une fausse prise d'otage à la Brink's

AP PierreAntoine Souchard

Cinq hommes considérés comme proches de la mouvance islamiste radicale seront jugés à partir de lundi par la cour d’assises spéciale de Paris pour « vol avec armes en bande organisée » et « financement du terrorisme ». Ils sont soupçonnés d’avoir organisé une fausse prise d’otage d’un employé de la Brink’s en mars 2004 qui aurait en fait servi à dérober plus d’un million d’euros pour financer un mouvement terroriste marocain.

Le procès d’Hassan Baouchi, des frères Zinedine et Djamel Khalid, de Fred Gustave et Abdelnasser Benyoussef doit se poursuivre jusqu’au 2 juillet. En matière de terrorisme, la cour d’assises est exclusivement composée de magistrats. Si les deux premiers accusés sont en détention provisoire depuis 2004, les deux autres sont libres et le cinquième est emprisonné en Algérie où il a été interpellé avec des billets provenant de ce vol.

L’affaire a débuté le 1er mars 2004 lorsque Hassan Baouchi, un ancien employé de la Brink’s chargé de la maintenance des distributeurs de billets, appelle son employeur depuis les locaux d’une agence de la Société générale au Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis) où il dit avoir été enfermé.

Aux enquêteurs, il explique avoir été agressé vers 2h du matin dans sa voiture personnelle devant la gare de Drancy et enlevé par quatre personnes armées. Trois des malfaiteurs le forcent à leur remettre les fonds de trois distributeurs de trois agences. Plus d’un million d’euros seront dérobés.

Une histoire à laquelle ne croient guère les policiers, les employés de la Brink’s disposant de nombreux moyens pour donner l’alerte. C’est un proche de la famille Baouchi, Fred Gustave, un Antillais converti à l’Islam, gérant de la mosquée d’Aulnay-sous-Bois, qui a révélera l’affaire aux enquêteurs en novembre 2004.

Arrêté, Hassan Baouchi reconnaîtra les faits. Les fonds dérobés auraient servi à financer le Groupe islamique combattant marocain (GICM) pour des actions à l’étranger. Hassan Baouchi est le frère de Mustapha Baouchi, chef présumé de la cellule française du GICM démantelée en avril 2004.

Quelques jours après l’incarcération de Baouchi, Zinedine Khalid et son frère Djamel seront mis en examen et écroués pour leur participation à ce faux braquage. Zinedine Khalid a déjà écopé de dix ans ferme dans l’affaire des filières tchétchènes. Ce djihadiste présumé a effectué plusieurs voyages en Géorgie et dans le Caucase. Leur autre frère, Redouane, fait partie des six Français qui avaient été arrêtés en Afghanistan et transférés sur la base américaine de Guantanamo.

Mustapha Baouchi a été condamné le 11 juillet 2007 par le tribunal correctionnel de Paris à une peine de dix ans d’emprisonnement et une interdiction définitive du territoire français pour avoir monté un réseau de soutien logistique et financier aux auteurs des attentats de Casablanca de mai 2003. AP

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.