Son "Bingo" tourne mal: il tue la serveuse à coups de marteau

Assises de Liège: Cevher Kürt nie le meurtre de la serveuse.
La Cour d’assises de Liège a entamé lundi le procès de Cevher Kürt, un Liégeois de 48 ans accusé du meurtre de la serveuse d’un café situé en Outremeuse à Liège. La victime, âgée de 23 ans, avait été frappée de nombreux coups de marteau. Un jury de 8 femmes et 4 hommes a été composé pour juger l’accusé.

Cevher Kürt a nié les faits qui lui sont reprochés. Les faits s’étaient déroulés dans la nuit du 17 décembre 2006 dans le café « La Taverne des Prés » situé en Outremeuse. La serveuse du café, Stéphanie Ribette, avait été agressée par son dernier client, qui n’avait pas accepté le dénouement du jeu de Bingo auquel il avait participé.

Cevher Kürt avait frappé la victime à coups de marteau dans une séquence d’acharnement. Plus de 30 traces de coups ont été relevées sur le corps de la victime, principalement à la tête. Un voisin direct du café avait été alerté par les cris de la jeune femme. Il avait constaté que, vers 05h30, Cevher Kürt sortait du café muni d’un marteau. Il était le dernier client de l’établissement. Cevher Kürt avait été intercepté peu de temps après à son domicile. Des traces de sang de la victime et ses empreintes génétiques ont été retrouvées sur son véhicule.

Jafer ne parle que Kurmanji

Cevher Kürt, dit Jafer, ne maîtrise pas la langue française. Il parle exclusivement le Kurmanji, un dialecte kurde, et est assisté d’un interprète pour suivre l’ensemble des débats. La défense pourrait au cours des débats soulever certains problèmes qui ont émaillé la procédure d’enquête qui, au départ, avait été réalisée avec l’aide d’un interprète turc. Cevher Kürt avait refusé de signer ses premiers aveux sur base des premières traductions réalisées.

Cevher Kürt a expliqué au cours de son interrogatoire qu’il est d’origine kurde. Son parcours scolaire s’est limité à 4 ans d’école primaire. Il a été marié à 17 ans. Après un passage par l’Allemagne et un retour en Turquie pour effectuer son service militaire, il est arrivé en Belgique en 1985. Il ne s’est jamais adapté à la langue française. Ses revenus depuis 24 ans proviennent exclusivement de l’aide sociale. Cevher Kürt est père de 11 enfants. Dans sa culture d’origine, il est marié à deux femmes. La seconde est considérée comme sa maîtresse en Belgique.

Cevher Kürt était un client régulier de « La Taverne des Prés ». Il prétend qu’il considérait Stéphanie Ribette comme une soeur. Il a reconnu sa présence dans le café et qu’il a joué au Bingo. Kürt a soutenu qu’il a gagné 300 euros à ce jeu mais que la machine n’a pas affiché son gain et que cela a entraîné une discussion avec la serveuse.

Il nie les coups de marteau

Cevher Kürt reconnaît qu’il était le dernier client du café. Mais il nie être l’auteur des coups de marteau à l’origine du décès de Stéphanie Ribette. Il présente une nouvelle version des faits, selon laquelle il est parti de ce café pour aller chercher de l’argent puis qu’il y est revenu et qu’il a constaté que Stéphanie Ribette était déjà couchée au sol. « J’ai perdu la tête, j’étais choqué et je n’ai pas pu appeler les secours, a-t-il soutenu. Je suis directement rentré chez moi ».

L’accusé a justifié la présence de son empreinte de main dans le sang de la victime à proximité du corps par le fait qu’il l’aurait approchée lorsqu’il l’a découverte sur le sol. Pour justifier les empreintes génétiques de la victime sous ses ongles, il a soutenu que cela résultait de contacts normaux entre serveuse et client entretenus au cours de la soirée.

Cevher Kürt a été confronté à ses précédents aveux dans lesquels il reconnaissait l’utilisation d’un marteau pour frapper la victime dans une séquence d’énervement. Il a nié avoir fait de telles déclarations à la police et a prétendu à un problème de traduction.

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.