Saïx. Cambriolés par leur voisin en pleine nuit

Un jeune homme avait commis deux cambriolages avec circonstances aggravantes. Il a été condamné hier.

Le 20 novembre 2007, il a pris une décision qui a chamboulé les années qui vont suivre. Cet habitant de Saïx, qui comparaissait hier devant le tribunal correctionnel de Castres, avait 21 ans lorsqu’il a commis deux cambriolages.

Quelques jours avant les faits, il rejoint quatre de ses amis, ses futurs complices. La discussion porte rapidement sur leurs difficultés financières. Lui-même n’a pas de travail et a du mal à joindre les deux bouts. En un rien de temps, le groupe décide de remédier à cette situation : ils préparent un cambriolage. Le jeune homme de 21 ans sait que son voisin s’est déjà fait cambrioler. Le groupe en conclue qu’entrer chez ce voisin ne doit pas être bien difficile. Ils établissent alors leur plan d’action. Dans la nuit du 20 novembre, ils commettront deux cambriolages avec effraction. Un dans le local du fils du voisin, le second dans le garage du voisin, à Saïx. L’opération commence. Les jeunes gens s’arrêtent d’abord devant le local du fils du voisin. Ils fracturent la porte d’entrée à l’aide d’un pied de biche. Une fois à l’intérieur, ils dérobent du matériel informatique : «un ordinateur, un fax et de l’argent» selon ses propres dires. Le groupe charge le butin dans la voiture et poursuit son expédition. Les voici à présent devant le garage du voisin du jeune homme, à Saïx. «La porte du garage n’était pas fermée à clé.» Vraisemblablement, une planche de fortune servait de porte de garage. Elle était simplement déposée contre le mur sans être attachée par des gonds. Le groupe des cinq jeunes pénètre dans le garage. «Nous recherchions de l’argent mais nous n’en avons pas trouvé. Nous avons alors décidé de prendre les objets qui pouvaient nous servir. Nous avons volé un vélo, une roue de vélo, mais certainement pas des roues de voiture comme on nous le reproche.» Le convoi de nuit se termine. La voiture est bien chargée.

Le 7 janvier 2009, le jeune homme a 22 ans. Il est condamné

à 4 mois de prison ferme alors qu’il est absent le jour de l’audience. Le 23 avril, il fait opposition de ce jugement. Hier, le tribunal correctionnel de Castres a réexaminé son cas. Le procureur a demandé de nouveau une peine de 4 mois de prison ferme. Pour son avocat, cette peine n’est plus appropriée. Le jeune homme a changé. Il vit à présent en Haute-Garonne. Il travaille depuis le mois de juin en tant que magasinier. Son employeur s’est même engagé à renouveler son contrat à durée déterminée. Il pourrait dégotter un CDI. Ce cambriolage lui a servi de leçon. «Il n’est plus celui qu’il était» plaide encore son avocat. Hier soir, aux environs de 20h, le tribuna a rendu son verdict. Le jeune homme est déclaré coupable. Il est condamné à 6 mois de prison avec sursis assortis d’une mise à l’épreuve. Avec les quatre autres complices, il devront aussi verser 4000 € de dommages et intérêts au voisin cambriolé.

Hélène Guillaume

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.