Le procès de sept jeunes gens impliqués dans une rixe s’est ouvert à Monthey (VS). Parmi eux, Rachel, à la fois victime et accusée. Le procureur a demandé à la cour de l’exempter de toute peine. Le ministère public reconnaît Rachel coupable de rixe mais souligne sa légère implication et surtout, les conséquences qu’elle a subies.

La jeune femme, âgée de 25 ans au moment des faits, soit le 13 janvier 2007, a eu les os de la face brisés et n’est pas encore tout à fait remise. Pour le procureur, et selon les témoignages qu’il a récoltés, un seul des accusés aurait sauvagement frappé Rachel alors qu’elle était à genoux et en pleurs.

L’homme, un Kosovar âgé de 19 ans aux moments des faits, ne reconnaît qu’un seul coup de pied porté à la jeune femme. Le Ministère public a demandé une peine ferme de 2 ans et demi dont la moitié pourrait être suspendue étant donné les regrets émis par le jeune homme et les bonnes dispositions dont il a fait preuve depuis.

Contre le Suisse qui accompagnait Rachel aux moments de faits et qui, lui aussi, comparaissait à la fois comme victime et accusé, le procureur a requis soixante heures de Travail d’intérêt général (TIG) avec sursis. Contre les autres personnes impliquées, tous Kosovars, le ministère public a demandé essentiellement des heures de TIG.

« Cette affaire à suscité une grande émotion. Elle pose la question de la violence des jeunes, et des jeunes étrangers en particulier », a affirmé André Morand. En cette matinée d’audience, des mots durs illustrant la violence de certains jeunes ont été prononcés, comme: « On tape dans une gueule comme on tire au penalty ».

(ats / 01 septembre 2009 13:34)

1 réponse

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.