Par Reuters

PHNOM PENH – Douch, ancien chef du centre de détention et de torture S-21 des Khmers rouges, a reconnu lors de son procès que les enfants de détenus avaient été tués pour éviter qu’ils ne vengent leurs parents.

Douch, ancien chef du centre de détention et de torture S-21 des Khmers rouges, a reconnu lors de son procès que les enfants de détenus avaient été tués pour éviter qu'ils ne vengent leurs parents. (Reuters/Chor Sokunthea)

Douch, ancien chef du centre de détention et de torture S-21 des Khmers rouges, a reconnu lors de son procès que les enfants de détenus avaient été tués pour éviter qu’ils ne vengent leurs parents. (Reuters/Chor Sokunthea)

Douch est le premier d’un groupe de cinq anciens dirigeants khmers qui doivent comparaître devant un tribunal spécial, sous l’égide des Nations unies, pour la mort de 1,7 million de Cambodgiens sous la dictature de Pol Pot entre 1975 et 1979.

Il a reconnu lundi sa responsabilité dans la mort des enfants de détenus mais a dit avoir agi sur ordres.

« Lorsque les enfants sont arrivés au centre, j’ai donné l’ordre de les tuer parce que nous avions peur que ces enfants cherchent à se venger« , a déclaré Douch, 66 ans, dont le procès s’est ouvert fin mars.

« Je devais mettre en oeuvre la politique du Parti communiste« , a ajouté Douch, dont le vrai nom est King Guek Eav.

Plus de 14.000 hommes, femmes et enfants ont été tués au centre S-21, où les détenus étaient interrogés, pour la plupart sous la torture, avant d’être emmenés hors de Phnom Penh et battus à mort dans les « champs de la mort » de Cheoung Ek.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.