Quinze ans requis contre le « masseur des stars » accusé de viol

NOUVELOBS.COM | 13.11.2009 | 14:18

L’homme comparaît pour deux viols. Il avait déjà été condamné en 2006 pour des faits similaires. L’avocate générale a souligné l’absence d’empathie de l’accusé.

Thierry Chichportich (au centre) avec ses avocats en 2006, lors de son premier procès (AFP)

Thierry Chichportich (au centre) avec ses avocats en 2006, lors de son premier procès (AFP)

L‘avocate générale, Nadine Moutet, a requis vendredi 13 novembre quinze ans de prison contre Thierry Chichportich, surnommé « le masseur des stars », qui comparaît devant la cour d’assises des Alpes-Maritimes pour deux nouveaux viols. Lors de son réquisitoire, Nadine Moutet a souligné l’absence d’empathie de l’accusé, « ce personnage monolithique moulé dans des dénégations qu’il alimente à foison ».
Agé de 50 ans, Thierry Chichportich est accusé de « viols sur personnes vulnérables » à l’encontre de deux femmes. Le 19 mai 2006, il avait été condamné par la Cour d’assises des Alpes-Maritimes pour une série de viols et d’agressions sexuelles sur 13 femmes. Certaines de ses victimes avaient été droguées.

Confusion des deux peines

Pour attirer ses jeunes clientes dans son cabinet, Thierry Chichportich utilisait un « book », sur lequel figurait les éloges de nombreuses stars dont Emmanuelle Béart, Monica Belluci, Penelope Cruz, Carole Bouquet, Tom Cruise ou encore Sylvester Stallone. Les photos des grandes vedettes ornaient également les murs de « l’homme aux doigts d’or » dans son cabinet.
L’avocate générale a laissé ouverte l’option d’une confusion possible entre cette peine et la nouvelle peine qu’elle a requise.
Devant la cour, le « masseur des stars » a nié aussi bien les treize premiers viols que les deux nouveaux qui lui sont reprochés. Le verdict doit être rendu ce vendredi en fin d’après-midi.

(Nouvelobs.com)

Surnommé « le masseur des stars », Thierry Chichportich, 50 ans, comparaît de nouveau jeudi et vendredi devant la cour d’assises des Alpes-Maritimes. Il est jugé pour des viols commis sur deux victimes qualifiées de « personnes vulnérables ».

Il avait déjà été condamné le 19 mai 2006 pour treize autres faits de viols et d’agressions sexuelles à une peine de 18 ans de réclusion. Certaines des jeunes femmes s’étaient plaintes d’avoir été préalablement droguées.

Thierry Chichportich revendique un carnet d’adresses important, où figuraient jusque-là les noms de personnalités telles qu’Emmanuelle Béart, Monica Bellucci, Penelope Cruz ou Carole Bouquet, rencontrées lors de divers Festivals de Cannes.

« On est au-delà de la pornographie. Les victimes étaient des corps inertes et manipulés. On est en dehors de tout consentement », avait lancé l’accusation lors du premier procès, avant de requérir une peine de 20 ans à son encontre. L’avocat général avait également réclamé une mesure de sûreté des deux tiers, l’interdiction d’exercer toute activité de massage et celle de résider en région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Selon l’accusation, Thierry Chichportich se servait de sa réputation forgée auprès de nombreuses stars pour gagner leur confiance et les attirer à son domicile. Il proposait d’après elle une séance gratuite de massage, au cours de laquelle il abusait de ses patientes. AP

AP | 12.11.2009 | 14:06
0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.