AP | 21.09.2009 | 17:58

Le cerveau présumé des attentats du 11 septembre 2001, Khalid Cheikh Mohammed, devait comparaître lundi, peut-être pour la dernière fois, devant un tribunal militaire sur la base américaine de Guantanamo, à Cuba.

Un juge militaire a convoqué l’audience pour demander à Mohammed et à deux co-accusés s’ils ont des objections à ce qu’il y ait un nouveau report dans leur procès suite à une demande de l’administration Obama. Le procureur militaire en chef a précisé que Mohammed, qui avait refusé d’assister à la dernière audience de son procès, serait cette fois présent pour donner sa réponse.

L’administration de Barack Obama doit trancher la question de savoir si les accusés et d’autres prisonniers de Guantanamo doivent être jugés dans des tribunaux civils ou militaires.

Le procureur en chef, le capitaine John Murphy, a précisé qu’une décision sur la juridiction compétente pour juger Mohammed et quatre autres suspects inculpés pour les attentats du 11-Septembre serait rendue d’ici le 16 novembre. Même si le procès reste entre les mains de la justice militaire américaine, il devrait être déplacé vers un autre lieu si Barack Obama tient sa promesse de fermer le centre de détention de Guantanamo en janvier.

Les Etats-Unis détiennent 225 prisonniers à Guantanamo. Le capitaine Murphy évoque le chiffre de 65 cas « viables » susceptibles de donner lieu à des poursuites judiciaires.

Mohammed, qui assure lui-même sa défense, a comparu neuf fois devant le tribunal militaire. Il a proclamé fièrement son rôle dans les attentats et demande la révocation des avocats nommés par la juridiction pour l’aider dans sa défense.

Mohammed, qui avait été capturé par les autorités américaines au Pakistan en 2003, dit vouloir être exécuté aux Etats-Unis pour devenir un martyr. Des documents déclassifiés de la CIA, rendus publics le 24 août par l’administration Obama, ont dévoilé certains des traitements que Mohammed et d’autres suspects de terrorisme ont subi dans le cadre d’interrogatoires « musclés ». Mohammed a notamment été soumis au « waterboarding » (simulation de noyade). AP

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.