La justice pénale fait ses États généraux

Les « petits pois » s’invitent en cuisine. Comparés aux légumes verts par le chef de l’Etat à l’automne 2007, les magistrats ont décidé de se faire entendre. Rejoints par des avocats et des professionnels de la justice (éducateurs, psychiatres, greffiers…), ils organisent demain à l’Assemblée nationale, les « Etats généraux de la justice pénale ». Objectif : reprendre la main au moment où l’Elysée lance plusieurs réformes à même de bouleverser le monde judiciaire, à commencer par le projet de suppression du juge d’instruction, véritable bombe de la future réforme de la procédure pénale.

« Notre mouvement n’est ni corporatiste ni opposé à toute réforme. Nous demandons juste d’être consultés et écoutés, au lieu d’être méprisés ou attaqués comme c’est le cas actuellement », explique Serge Portelli, vice-président du tribunal de Paris et coordonnateur des Etats généraux. Débats sur la procédure pénale, la justice des mineurs, les conditions de détention… le collectif veut à chaque fois « défendre les libertés » avec une justice « indépendante, démocratique et républicaine ». « Chaque heure qui passe, la situation s’aggrave », estime Serge Portelli, qui égrène les réformes lancées par la garde des Sceaux, Rachida Dati, depuis l’élection de Nicolas Sarkozy : « La carte judiciaire découpée à la hache, le garde des Sceaux autoproclamé « chef des procureurs », les peines planchers qui ligotent les magistrats du siège, et maintenant la suppression du juge d’instruction, contre-pouvoir indépendant, remplacé par un parquet sous l’autorité directe du politique. »

Face à ce danger d’une « justice aux ordres », les Etats généraux appellent les politiques « de droite comme de gauche » à réagir. Un discours qui prend : Jean-Paul Garraud, député UMP et ancien juge d’instruction opposé à sa disparition, a déjà rallié à sa cause quelque 80 collègues de droite. De quoi promettre des débats houleux lors de l’examen parlementaire de la réforme du Code de procédure pénale.

Bastien Bonnefous

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.