Francesco « Sandokan » Schiavone, chef du clan mafieux Casalesi, en juillet 1998 lors de son arrestation à Casal di Principe, en Italie

(AFP) –

ROME — La cour de Cassation italienne a confirmé vendredi la condamnation à perpétuité de 16 membres du clan des Casalesi, le plus puissant de la camorra napolitaine, dans le cadre du procès « Spartacus », au terme de 15 ans de procédure, a indiqué l’agence Ansa.

Après quatre heures de délibération, la première section de la plus haute cour italienne a rendu définitive les peines de réclusion à perpétuité prononcées contre le chef du clan Francesco « Sandokan » Schiavone, 55 ans, incarcéré depuis 1998 dans une prison de haute sécurité, son ex-bras droit Francesco Bidognetti et les « boss » Michele Zagaria et Antonio Iovine. Zagaria s’était fait construire une villa inspirée de Scarface incarné à l’écran par Al Pacino.

Le procès a été surnommé Spartacus par la direction anti-mafia en hommage à l’esclave qui dirigea une rébellion contre l’empire romain et pour symboliser la résistance de l’état de droit à la puissance des clans mafieux.

Les accusés ont été condamnés pour leur implication dans une série de violents règlements de compte dans les années 80 et 90 entre clans pour le contrôle de Casal di Principe et de nombreuses activités illégales (chantiers de construction, commerce de ciment, extorsions et autres trafics).

Le procès a rencontré de nombreux obstacles et il avait fallu sept ans pour aboutir à des condamnations en première instance confirmées en juin 2008 en appel.

Il s’agit d’une cinglante défaite pour les Casalesi, décimés récemment par une série d’arrestations et de décisions de certains boss de collaborer avec la justice. Mais le clan n’a pas disparu, selon les experts.

C’est l’écrivain Roberto Saviano qui, avec son succès planétaire « Gomorra » a attiré l’attention sur le clan des Casalesi, le plus puissant clan camorriste. Saviano vit depuis 2006 sous escorte policière.

Les Casalesi, un cartel criminel enraciné à Casal di Principe, dans la province de Caserte, avaient étendu leur emprise sur tout un territoire au prix d’une guerre qui a fait 1.000 morts en 30 ans.

Le procès « Spartacus » a été le plus important par le nombre d’accusés et la gravité des peines encourues, depuis le « maxi-procès » contre la mafia ouvert en 1986 à Palerme.

Copyright © 2010 AFP. Tous droits réservés.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.