De Aaron MAASHO (AFP) – 

ADDIS ABEBA — Cinq opposants ont été condamnés à mort mardi et 33 à la perpétuité en Ethiopie, lors de verdicts très sévères prononcés par la justice éthiopienne dans l’affaire « Ginbot 7 », un complot visant à assassiner des personnalités du gouvernement.

Aucun des cinq condamnés à mort, tous membres de l’opposition, n’est militaire, alors que la majorité des accusés sont militaires d’active ou en retraite.

Parmi les condamnés à mort figure le « cerveau » présumé du complot, selon les autorités éthiopiennes, Berhanu Nega, un des chefs de l’opposition qui vit actuellement en exil aux Etats Unis. M. Nega avait été condamné à la prison à perpétuité dans le procès d’opposants à la suite des violences postélectorales de 2005 (200 morts selon les autorités, après la proclamation contestée des résultats).

Ce procès intervient alors que de nouvelles élections générales sont prévues en mai 2010 en Ethiopie.

Melaku Tefera, un autre haut responsable de l’opposition, était présent dans le box des accusés avec 27 autres personnes. Il a aussi été condamné à mort, a constaté l’AFP.

« Ces cinq personnes (condamnées à mort) ont commis de graves crimes et quatre d’entre elles n’ont rien appris de leur condamnation précédentes. C’est pourquoi nous avons été obligés de prononcer les sentences les plus sévères », a déclaré le président de la haute cour fédérale d’Addis Abeba, le juge Adam Ibrahim. « Comme demandé par les procureurs, les propriétés de Berahnu Nega et d’Asaminew Tsigue seront confisquées ».

Asaminew Tsigue est un général à la retraite qui a été condamné à la perpétuité.

Les condamnés n’ont pas manifesté leur émotion pendant le procès, souriant à leurs proches ou les saluant d’un hochement de tête pendant le prononcé du jugement. Des parents des condamnés ont pleuré en les voyant monter dans les fourgons de la police.

Mme Tidenekyalesh Tesfa, avocate du riche homme d’affaires Getu Worku, condamné à la prison à vie et à la confiscation des ses biens, a déclaré à l’AFP qu’elle allait faire appel. « Je ne suis pas satisfaite de la décision. Elle est dure et j’espère qu’elle sera changée après l’appel ».

Pour Emebet Seife, épouse du général Tefera Mamo, un des héros de la guerre avec l’Erythrée entre 1998 et 2000, condamné à perpétuité, la sentence est une surprise: « je ne m’y attendais pas. C’est triste, nous avons une famille de 11 personnes dont quatre enfants. Nous allons faire appel ».

« Il n’y a pas de justice en Ethiopie, les preuves étaient incomplètes. C’est une honte », a déclaré une femme de la famille d’un autre officier condamné à perpétuité ajoutant qu’il avait « servi son pays toute sa vie et sacrifié sa vie mais pour quoi? ».

Au total 46 personnes, dont 14 sont à l’étranger, ont été formellement mises en accusation dans cette affaire sous cinq chefs d’inculpation dont conspiration en vue de renverser l’ordre constitutionnel, contrebande d’armes, ainsi que recrutement et armement d’éléments de l’opposition.

La plupart, soupçonnées d’appartenir au groupe d’opposition « Ginbot 7 » (15 mai) de Berhanu Nega, qui dément être à l’origine de ce complot, ont été arrêtés en avril et « maintenus » au secret « pour les besoins de l’enquête » avant d’être transférés dans une prison, selon les autorités qui ont reconnu qu’elles étaient informées des agissements du groupe « dès le commencement ».

Deux des accusés, qui avaient plaidé coupable en septembre devant la Haute cour fédérale de justice, ont été condamnés à 10 ans de prison, et six autres personnes ont été acquittées.

Parmi les condamnés à perpétuité, on compte de nombreux officiers supérieurs. Deux autres accusés avaient été mis en liberté sous caution en août.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.