Le procès d’un homme, accusé d’avoir tué un collègue qu’il soupçonnait de lui avoir dérobé 450 euros, et d’avoir ensuite découpé son cadavre en 2007, s’ouvrira lundi devant la cour d’assises de Haute-Savoie.

Il est accusé d’avoir tué un collègue qu’il soupçonnait de lui avoir dérobé 450 euros, et d’avoir ensuite découpé son cadavre en 2007. Le procès de cet homme de 30 ans s’ouvrira lundi devant la cour d’assises de Haute-Savoie à Annecy.

L’affaire avait provoqué un emballement médiatique lorsque le cadavre de Freddy Liot, carreleur, avait progressivement été découvert par morceaux, à commencer par son tronc, en Haute-Savoie et en Suisse dans l’Arve, une rivière. Une information judiciaire avait été ouverte le 19 septembre 2007 menant à l’arrestation dans la Loire de l’accusé, camarade et collègue de la victime, Karim Benderradji, un maçon intérimaire vivant à Annemasse (Haute-Savoie) mais travaillant en Suisse.

Fait croire à un enlèvement

Dès sa garde à vue, Benderradji avait avoué son crime. Il avait expliqué avoir soupçonné Liot de lui avoir dérobé 450 euros et s’être bagarré avec lui, avant de lui asséner plusieurs coups de marteaux à la tête et de se débarrasser du cadavre en le découpant.

L’accusé, qui doit notamment répondre de meurtre et d’atteinte à l’intégrité d’un cadavre, avait en outre tenté de retarder l’enquête en passant plusieurs appels aux proches de Liot pour leur faire croire à un enlèvement et demander une rançon de 75.000 euros. Après être un temps revenu sur ses aveux, l’accusé « reconnaît pleinement sa responsabilité dans une affaire dont les conséquences sont atroces », a affirmé à l’AFP son avocat, Me Georges Rimondi. Le procès doit durer jusqu’à mercredi, jour du verdict.

Par TF1 NEWS (d’après agence) le 28 février 2010 à 11:38
0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.