Argenteuil : la justice écarte toute bavure

NOUVELOBS.COM | 19.06.2009 | 12:41

Info nouvelobs.com Ali Ziri est mort le 9 juin dernier, après un contrôle de police. Pour le parquet, il n’y a pas lieu de donner suite à cette affaire car il n’y a pas « suspicion de bavure ».

Un homme de 69 ans, Ali Ziri, habitant à Argenteuil, est mort le 9 juin dernier, après un contrôle de police, apprend-on auprès de l’ATMF (association des travailleurs marocains en France). Selon son ami Arezki K., qui conduisait le véhicule, les policiers les auraient menottés et interpellés avant de les transporter au commissariat pour une garde-à-vue. C’est lors de ce transport que les deux hommes auraient été largement frappés, toujours selon cet ami. Ils ont ensuite été conduits à l’hôpital d’Argenteuil, où les médecins ont constaté la mort d’Ali Ziri. Arezki K souhaite déposer plainte, mais la gendarmerie puis le commissariat de Bezons lui auraient refusé ce droit. L’ATMF entend se constituer partie civile dans cette affaire.
Selon le procureur adjoint au parquet de Cergy-Pontoise, Bernard Farret, « la réalité n’a rien à voir avec ce que raconte ce monsieur Arezki K. Les deux hommes étaient en état d’ébriété au moment de leur interpellation. Ils ont été embarqués au commissariat parce qu’ils se rebellaient et outrageaient les policiers. Ali Ziri, transporté à l’hôpital, est décédé après être tombé dans le coma ». Le parquet n’a pas souhaité donner suite à cette affaire, puisqu’il n’y a « pas de suspicion de bavure ». Toujours selon le procureur adjoint, « l’autopsie de monsieur Ali Ziri exclut que la cause du décès puisse résulter d’un traumatisme, et conclut qu’elle est due au mauvais état de son cœur ». Ali Ziri, algérien, avait travaillé toute sa vie en France. Il vivait en Algérie depuis sa retraite. De passage en France, il circulait ce jour-là avec son ami dans l’intention d’aller acheter des cadeaux pour son fils qui devait se marier dans les prochains jours au pays.
Elsa Vigoureux
0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.