14 Janvier 2010



Luanda — L’Etat angolais a demandé la suspension d’un procès judiciaire déposé contre l’avocat Francisco Cruz Martins et l’homme d’affaires Eduardo Capelo de Morais (tous portugais) au terme des négociations entre les parties, a appris l’Angop de source officielle.

Un communiqué du ministère public d’Angola parvenu mercredi à l’ANGOP souligne qu’aux termes et par les effets prévus à l’article 206 du code pénal portugais a été déposée en décembre dernier, au département central d’Enquête et l’action pénale de Lisbonne, une demande conjointe de suspension du procès.

Suite à la mort du lieutenant colonel António Figueiredo (également traduit en justice) en novembre dernier, sa responsabilité criminelle reste nulle. Ainsi les avocats contractés par l”Etat angolais, José Ramada Curto, Paulo Amaral Blanco et Cristina Fortes Duarte, da Amaral Blanco, Portela Duarte & Associados- société des avocats poursuivent les negociations avec les respectifs héritiers pour reduire les possibilités d’un accord extra-judiciel.

Selon le communiqué, le ministère public angolais est convaincu que les hérétiers du Lieutenant-colonel António Figueiredo sauront honorer la volonté du disparu, en vue de réparer les préjugés qu’il a causés, car il a été le premier des accusés à manifester ce souhait.

Il convient de rappeler que l’Etat angolais a présenté l’année dernière une plainte à la justice portugaise contre l’avocat Francisco Maria Guerreiro da Cruz Martins qui a un certain moment historique, une tâche professionnelle a été confiée.

Durant le procès, l’Etat angolais s’est vu lésé dans ses intérêts patrimoniaux à un montant supérieur à 150 millions de dollars américains.

Copyright © 2010 Angola Press Agency. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com).

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.