EN DIRECT

Le procès d’assises de février s’était achevé dans la confusion: les quatre accusés avaient été remis en liberté. (Photo David Chane)

18/09/09 – Aurélien LALANNE

CHRONOLOGIE

Entre l’île de La Réunion et Madagascar, l’affaire Mamodtaky, ou plutôt, les affaires Mamodtaky, ont secoué l’univers judiciaire. Retour aux faits.

18 septembre 2009 Après plus de trois mois de cavale, l’un des hommes les plus médiatisés de La Réunion est présenté au parquet du tribunal de première instance d’Antananarive.

15 septembre 2009 Mamod Abasse Mamodtaky est interpellé et placé en garde à vue dans la capitale malgache Antananarive au motif d’entrée illégale sur le territoire.

Août 2009 Libre, Mamodtaky est recherché par la police pour le vol d’une quinzaine de containers de matériel électronique dérobés en 2001 à Tamatave. L’armateur CMA-CGM avait porté plainte. Le juge d’instruction Jean-Pierre Niel est chargé du dossier. Selon plusieurs sources concordantes, Mamodtaky se trouverait à Madagascar depuis sa libération en juin.

24 juin 2009 L’arrêt de la cour de cassation est officiel : la cour d’assises de La Réunion a excédé ses pouvoirs. Les quatre accusés n’auraient jamais dû être remis en liberté.

10 juin 2009 La cour de cassation censure l’annulation du procès de Mamodtaky. Ce dernier sera jugé à Paris en 2010.

26 février 2009 Le parquet général et les parties civiles déposent deux recours contre la décision de la cour d’assises. L’enquête préliminaire va rester au point mort jusqu’à la décision de la cour de cassation.

24 février 2009 Le procès est terminé. Le président de la cour d’assises Jean-Pierre Szsyz confirme le moyen de nullité avancé la veille par la défense. Un policier, le lieutenant Demmer, a mené son enquête sans dresser de procès verbal, contrairement à ce qu’indique la loi. Quelques heures plus tard, les quatre accusés sont libres.

16 février 2009 Le procès fleuve de l’Affaire Mamodtaky s’ouvre enfin à la cour d’assises de La Réunion et devrait durer jusqu’au 27 février. Neuf ans après les faits. Plus d’une centaine de personnes (accusés, partie civile, jurés, magistrats, avocats, experts, témoins, greffier, huissier) sont directement concernés par l’audience.

Décembre 2007 Le parquet de Saint-Denis rend son réquisitoire définitif au magistrat instructeur, ouvrant la voie à la clôture de l’instruction. Le procès d’assises devrait se tenir en 2008.

Mars 2007 Arrestation à Saint-Denis de Jean-François Crozet, qui avoue avoir participé à la tuerie avec Mamodtaky et Babar Aly. Son patron, Ryaj Damdjee, gérant d’une station-service dionysienne et beau-frère de Mamodtaky, est lui aussi mis en examen pour complicité.

Août 2006 La soeur de Mamodtaky et son ex-mari Riched Asgaraly sont extradés de Madagascar et mis en examen à La Réunion pour complicité d’assassinat.

Juillet 2005 Après une longue cavale dans l’océan Indien et en Afrique, Mamodtaky est interpellé à Madagascar, puis extradé vers la France. Il a toujours nié être l’auteur ou le commanditaire de la tuerie de Fenoarivo.

Novembre 2004 Babar Aly est retrouvé et interpellé par la police française en région parisienne. Une découverte d’autant plus étonnante que, d’après un acte de décès signé par un médecin militaire malgache, il est officiellement mort en prison depuis fin 2001.

Octobre 2003 Anita Remtoula dépose une plainte auprès de la justice française. Une information judiciaire est ouverte pour assassinats et tentatives d’assassinats.

Septembre 2002 La justice malgache prononce un non-lieu et referme le dossier.

Juillet 2001 Babar Aly s’accuse de la tuerie et innocente Mamod Abasse Mamodtaky, époux d’Anita Remtoula et principal suspect dans cette affaire.

22 avril 2001 Massacre de Fenoarivo, à Madagascar, au cours de laquelle cinq membres de la famille d’Anita Remtoula, Karanes de nationalité française, sont tués par balles. Cinq autres sont grièvement blessés.

Le procès d'assises de février s'était achevé dans la confusion: les quatre accusés avaient été remis en liberté. (Photo David Chane)

1 réponse

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.