source
WalFadjri :
Dimanche 31 Mai 2009

Imprimer l’article
E-mail l’article
Réagir à l’article
Commentaires [ 89 ]

Quatorze jeunes russes d’extrême droite comparaîtront, à partir de lundi prochain, devant la Cour d’assises de Saint-Pétersbourg pour répondre de l’assassinat de Samba Lampsar Sall, un jeune étudiant sénégalais en télécommunications tué, le vendredi 7 avril 2006, dans cette ville située dans le nord-ouest de la Russie. Sur le banc des accusés, le skinhead qui l’a abattu d’une balle dans la tête.

Trois ans après l’assassinat à Saint-Pétersbourg de l’étudiant sénégalais en télécommunications, Samba Lampsar Sall, ses meurtriers passent en jugement. Ils seront ainsi quatorze jeunes russes d’extrême droite à comparaître à partir de ce lundi 1er juin, jusqu’au 3 juin prochain, devant la Cour d’assises de Saint-Pétersbourg, la deuxième plus grande ville de Russie, pour assassinat et complicité d’assassinat. Dans les travées réservées au public, se trouvera la mère de la victime qui a quitté hier Dakar pour se rendre à Saint-Pétersbourg, à l’invitation de la justice russe. Mais également, les représentants de l’ambassade du Sénégal à Moscou qui suit de près très l’affaire depuis trois ans et tient régulièrement informée la famille du défunt resté au Sénégal, de son cours. Leur présence est d’autant attendue que l’Etat du Sénégal s’est constitué partie civile dans cette affaire. La famille de la victime s’est également constitué partie civile, défendue par un cabinet d’avocats russes commis par l’Etat sénégalais qui a entièrement payé les honoraires de ces robes noires.L’un des temps forts de ce procès de trois jours sera, sans nul doute, le témoignage d’une dame, seul témoin du meurtre. Cette dernière est, depuis lors, sous la protection des forces de sécurité russes qui craignent beaucoup l’organisation criminelle d’extrême droite dont les membres ont assassiné Samba Lampsar Sall. En fait, si l’affaire intéresse tant les autorités russes, c’est parce que les quatorze skinheads qui comparaissent lundi prochain, ont été identifiés comme étant les membres d’une bande de dangereux malfaiteurs (tous de nationalité russe), qui a à son actif plusieurs autres actions criminelles dans lesquelles son implication n’a été découverte qu’au cours de l’enquête sur l’assassinat du jeune étudiant sénégalais en fin de formation. Et c’est parce qu’ils devront répondre aussi de ces affaires que leur procès est prévu pour durer un mois au moins. Pour autant, dès mercredi prochain, les parents de Samba Lampsar Sall seront fixés sur le sort qui sera réservé aux meurtriers de leur fils.

Le grand absent à ce procès sera le chef de cette bande de skinheads qui a été tué par les forces de sécurité russes lors de son arrestation puisqu’il leur avait opposé une vive résistance. Mais sera sur le banc des accusés, celui qui a abattu Samba Lampsar d’une balle dans la tête le vendredi 7 avril 2006, alors que ce dernier sortait d’une manifestation d’étudiants dans une boîte de nuit. Inculpé par la justice russe comme l’auteur principal de ce crime, il pourrait encourir la peine maximale.

Avec l’ouverture de ce procès, les autorités russes espèrent démanteler le vaste réseau de cette bande de malfrats qui a fini de semer la terreur un peu partout en Russie. La volonté de ces autorités de faire toute la lumière sur les agissements de cette bande est, donc, manifeste. C’est ainsi d’ailleurs qu’en annonçant la date de l’ouverture du procès, la télévision d’Etat russe est largement revenue sur le meurtre du jeune étudiant sénégalais en télécommunications.

Pour rappel, c’est le vendredi 7 avril 2006 que Samba Lampsar Sall a été abattu à Saint-Pétersbourg. La police et le parquet de la ville qui ont mené l’enquête, ont, dès le début, évoqué l’hypothèse d’un assassinat à caractère raciste. Parallèlement à l’enquête criminelle, l’Université d’Etat de Saint-Pétersbourg avait eu à organiser, en la mémoire du jeune Samba Lampsar Sall, des journées culturelles, les 17, 18 et 19 mai 2006. Au cours de cette manifestation, il a été décidé la création de deux bourses qui seront mises en compétition chaque année. Portant le nom du défunt, ces bourses seront attribuées sur la base de critères d’excellence. D’ailleurs, lors de ces journées culturelles, les parents de la victime avaient fait le déplacement de Saint-Pétersbourg.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.