AFP
Le procès d’un professeur de lettres du Loiret à la retraite, Jean-Pierre 0., s’est ouvert lundi matin devant la cour d’assises de Savoie, où il comparaît pour avoir violé son fils adoptif, abusé de ses petits-fils pendant plusieurs années et de l’un de ses élèves.

Son épouse, qui comparaît libre, est également jugée pour ne pas avoir dénoncé certains abus alors même qu’elle avait été témoin de certaines scènes.

L’enquête avait démarré en 2006, suite au signalement d’une assistante scolaire d’un établissement savoyard, qui avait alerté la justice à propos d’attouchements infligés par Jean-Pierre O. à son petit-fils alors âgé de 5 ans.

Le père du garçonnet avait alors révélé aux enquêteurs avoir été lui-même violé par l’accusé, son père adoptif, des années durant, au même titre que son frère, également adopté.

En juin 2007, le parquet d’Albertville (Savoie) avait ouvert une information judiciaire pour « viols et agressions sexuelles aggravées », menant à l’arrestation en janvier 2008 de l’accusé et de son épouse, tous deux âgés de 73 ans, dans le Loiret.

Au cours de sa garde à vue, Jean-Pierre O. a en fait reconnu avoir abusé de ses deux petits-fils, âgés de 5 et 8 ans, entre 2000 et 2003. Ces abus sur ces deux victimes lui valent d’être jugé dans ce procès pour « agressions sexuelles ».

Il a également avoué avoir violé ses deux fils adoptifs, certains faits s’étant déroulés dans le lit conjugal en présence de son épouse à leur domicile situé dans la région d’Orléans.

L’accusé ne sera cependant jugé que pour des viols commis sur l’un de ses fils adoptifs, les faits concernant le second étant prescrits.

Il devra enfin répondre d’abus sexuels sur l’un de ses anciens élèves à qui il donnait des cours particuliers.

Le verdict de ce procès de quatre jours est attendu jeudi soir.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.