A Royan, on chasse les indésirables

Agrandir l'image

Crédit Photo : TF1/LCI

Une bande de jeunes vacanciers de la région parisienne sème la terreur à Royan. Les habitants et commerçants ont décidé de réagir.

  • Une bande de jeunes vacanciers de la région parisienne a semé la pagaille à Royan. Trois d’entre eux ont été condamnés mardi en comparution immédiate.

  • Parallèlement, une enquête est en cours après que « 20 à 30 commerçants se sont rassemblés lundi » pour aller déloger les fauteurs de trouble avant que les forces de l’ordre ne s’interposent.

Diane HEURTAUT (avec agence)

Royan, station balnéaire de Charente-Maritime paisible et familiale. Sauf depuis mi-juillet… « Un groupe d’une dizaine de personnes » en provenance de la région parisienne s’étaient installées depuis « la deuxième quinzaine du mois de juillet dans un garage transformé en local d’habitation », selon les termes du vice-procureur de Saintes. Et pas vraiment pour faire des châteaux de sable. Cette bande de jeunes délinquants y sévissait : insultes, racket, agressions, tapage… En bref, ils « semaient la perturbation » à Royan, a raconté mercredi le magistrat. Jusqu’à ce début de semaine, où le calme semblait revenu, le quartier ne vivait plus et s’interrogeait sur la lenteur des autorités à réagir, malgré ses appels répétés. Forains, commerçants et riverains agressés étaient sur le qui-vive.

Au point que « 20 à 30 commerçants se sont rassemblés lundi » pour aller déloger les fauteurs de trouble avant que les forces de l’ordre ne s’interposent entre les deux groupes, a raconté le vice-procureur. Aussitôt les jeunes ne faisant pas fait l’objet de poursuites devant le tribunal ont été raccompagnés à la gare, tandis que des investigations policières sont en cours sur ce dernier incident. Le parquet est également saisi d’une affaire de revente de stupéfiants concernant le même groupe. En attendant, les premières condamnations sont tombées mardi.

Hortefeux : « Je ne laisserai pas les petits caïds faire la loi »

Trois jeunes hommes, originaires de l’Essonne et qui faisaient partie de ce groupe, ont été condamnés mardi à des peines allant jusqu’à 4 mois de prison ferme pour tentative d’extorsion de fonds, menaces et violences sur des commerçants de Royan. Un homme âgé de 21 ans, présentant plusieurs condamnations à son casier judiciaire, a été condamné en comparution immédiate à 4 mois de prison ferme pour une tentative d’extorsion de fonds commise au préjudice d’un videur de boîte de nuit, le 6 août. Les deux autres jeunes, âgés de 18 ans et impliqués dans l’agression ce week-end d’un commerçant, ont écopé respectivement de 40 heures de travail d’intérêt général, assorties d’une amende de 200 euros, et de deux mois de prison ferme, sans placement immédiat en détention.

« Ils avaient pris possession d’une rue, située dans le centre-ville et plus le temps passait et plus ils étendaient leur pouvoir sur cette rue« , a raconté un commerçant, selon qui ils y faisaient du trafic de drogue puis ont commencé à agresser des habitants et à commettre des tentatives de racket auprès des commerçants. « Ces jeunes gens, tour à tour voleurs, violeurs, racketteurs, dealers, ont semé une véritable terreur parmi les habitants et les commerçants« , a pour sa part écrit mercredi Didier Quentin, député-maire UMP de Royan, dans une lettre adressée au ministre de l’Intérieur.  « Depuis qu’ils étaient là, certaines personnes âgées avaient peur d’être agressées, les touristes contournaient la rue et le soir, ils agressaient des jeunes filles« , a expliqué un autre commerçant du quartier. « Je dois malheureusement dire que les réactions des forces de l’ordre n’ont pas été à la hauteur de mes attentes« , affirme le maire.

« Je ne laisserai pas les petits caïds faire la loi« , a déclaré Brice Hortefeux venu sur place. Il a par ailleurs annoncé l’arrivée dès jeudi de 45 CRS supplémentaires » qui viennent s’ajouter aux 260 fonctionnaires de police déjà présents, en période estivale, dans la station balnéaire.

2 réponses
  1. fabien
    fabien dit :

    Il y a déjà eu des précédents l’année dernière, des jeunes de banlieues parisiennes qui avaient mis le zouk pendant leurs vacances en province mais c’était où déjà ? Et qu’avaient-ils fait ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.