Il dépose plainte contre le procureur

Nicolas Canut, aujourd’hui en Avignon, vise la justice saint-quentinoise.

Nicolas Canut, vous vous souvenez certainement de lui. Il avait défrayé la chronique l’an passé, victime d’homophobie au lycée Henri-Martin. Depuis, après avoir éclusé sept établissements scolaires différents, il a fait sa rentrée dans le sud de la France, en Avignon. Il a obtenu en justice une pension alimentaire de son père. Mais ce dernier fait appel pour manque de moyens. Nicolas Canut a aussi attaqué… le procureur de Saint-Quentin pour non-assistance à personne en danger.

C’est sans doute procédurier. Mais ce flot de plaintes en cascade traduit au moins sûrement une chose : le mal-être d’un jeune qui demande un soutien. Par tous les moyens. Depuis le 7 novembre 2008, et visiblement sur le conseil de personnes au rectorat pour l’aider à reprendre une vie « normale », Nicolas Canut a été transféré dans le sud. Il a repris ses études en Avignon. Et retente cette année de passer son bac, tout en suivant des cours à la faculté de droit.
Sans moyen de subsistance, sauf une aide de sa grand-mère de 250 euros par mois et quelques allocations, il a déposé plainte contre son père. En juillet, il a obtenu une pension paternelle de 250 euros par mois.
Son père a payé les pensions d’août et septembre, et montre les preuves. Mais Nicolas Canut réclame toujours le prorata du mois de juillet, soit quelque 150 euros.
Le père, lui, a fait appel. « Si je ne paye pas, de toute façon, les huissiers vont venir ! Nous avons 2000 euros de factures mensuelles avec ma compagne. Pour un salaire de 1 800 euros… »
En attendant le résultat final de ce jugement-là, Nicolas Canut dit avoir déposé plainte… contre le procureur de la République de Saint-Quentin, et contre la juge aux affaires familiales du tribunal de grande instance de la ville. « La présidence de la République s’était

saisie de mon dossier personnel, en le relayant au ministère de la Justice, ainsi qu’au parquet général de la Cour d’appel d’Aix-en-Provence. Elle a nommé exceptionnellement le tribunal de grande instance d’Avignon compétent. »

Plaintes en cascade

Lequel tribunal a donc tranché en première instance…
Mais Nicolas Canut dépose plainte contre les magistrats saint-quentinois, pour « non-assistance à personne en danger ». « Ceci fait suite aux nombreuses sollicitations depuis fin septembre 2008, déposées auprès du tribunal de grande instance de Saint-Quentin pour demander que mon père, habitant Saint-Quentin, soit condamné à me verser une pension alimentaire. En tout, trois requêtes officielles ont été déposées, sans réponse . » Un moyen comme un autre d’attirer l’attention sur sa situation ? Nicolas Canut affirme, copies de courrier à l’appui : « Mon dossier démontrait, dont le jugement du 10 juillet 2009 du TGI d’Avignon, que je vivais dans une extrême précarité, que j’étais harcelé par mon père et ma belle-mère, sans action apparente des autorités Saint-Quentinoises. »

On verra la suite que donnera la justice à l’affaire. Pour l’heure, le procureur récemment nommé, Damien Savarzeix, ne souhaite pas faire decommentaire.

Auteur : Magali FILOU
Article paru le : 22 septembre 2009

INFO JUDICIAIRE SELECTIONNEE POUR VOUS PAR INTIME CONVICTION

1 réponse

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.