Crime de Carnoët. Un ténor du barreau va défendre Kernoa

24 février 2009

L’avocat Éric Dupond-Moretti assurera en appel la défense d’Alain Kernoa. En septembre2008, l’ex-marin d’État avait été condamné à la perpétuité (1) pour l’assassinat de Mathilde Croguennec, lors du teknival de Carnoët (22), en 2005.

L’acquittement de RoselyneGodard, la «boulangère» d’Outreau, c’est lui. L’acquittement de Jean Castela, présenté comme le commanditaire de l’assassinat du préfet Érignac, c’est lui aussi. L’acquittement de JérômeVerando (affaire du berger de Castellar), c’est encore lui! En 25 ans de carrière, Éric Dupond-Moretti a décroché quelque 74verdicts à l’avenant. Un record national. À 47 ans, le pénaliste qui s’est aussi illustré dans l’affaireOM-VA et qui prépare désormais la défense de l’ex-trader JérômeKerviel, entre sans bruit dans l’affaire Kernoa. «On intervient en effet sur ce dossier», confirme-t-on, du côté de son cabinet lillois. Hier, le chouchou des médias n’a pas fait de commentaire. Et pour cause, toute la journée, la star des prétoires plaidait aux assises de Saint-Denis… deLa Réunion!

Défense en tandem?

Une redistribution des rôles qui «surprend» Me Olivier Dersoir, du barreau de Rennes. Premier défenseur de l’ex-marin militaire aux côtés de Me Béatrice Dupuy (Marseille), l’avocat breton n’a, dit-il, pas eu connaissance de sa révocation. À qui l’initiative? Interrogée, MeDupuy, elle, ne souhaite pas épiloguer. Tout juste la Marseillaise précise-t-elle qu’Éric Dupond-Moretti serait, à l’avenir, seul «à mes côtés. J’attends sa réponse définitive». Pour Me Hubert Soland, qui défend les intérêts des parents de la victime, Mathilde Croguennec, 18 ans au moment des faits, l’entrée de son remuant confrère n’appelle pas de réaction particulière. Compté, lui aussi, parmi les figures du barreau de Lille, MeSoland, connu, entre autres, pour avoir défendu les intérêts de Michel Delebarre dans l’affaire des écoutes de l’Elysée, pratique de longue date la verve de son voisin. Dupond-Moretti en quête d’un nouveau fait d’arme? Kernoa ayant plaidé coupable lors du procès de septembre2008, l’avocat s’attachera, vraisemblablement, à convaincre la cour de l’absence de préméditation de son client. À la clé, une peine plus clémente. Un scénario développé dernièrement par le Nordiste dans le procès d’appel de l’ex-rugbyman Marc Cécillon(2).

Tout à gagner

En première instance, devant la cour d’assises des Côtes-d’Armor, Alain Kernoa, 27 ans, avait été reconnu coupable d’assassinat et de crime sexuel concomitant. L’accusé, confondu par son ADN, reconnaissait avoir lardé la victime de 28coups de couteau, mais disait avoir agi dans un état second. Selon ses avocats, la consommation d’alcool, de stupéfiants, la fatigue, ainsi que «la musique assourdissante» avaient amené Kernoa, «addict» aux jeux vidéo, à «péter les plombs». Un meurtre, certes, mais pas un assassinat. Une plaidoirie qui n’a pas porté. Écopant de la peine maximale et n’ayant donc plus rien à perdre, l’ancien militaire a, sans surprise, fait appel. En s’attachant les services de Dupond-Moretti, surnommé «l’ogre des prétoires», l’ancien militaire a tout à gagner.

1. Assortie d’une peine de sûreté de 18 ans. 2. Condamné à 20 ans de réclusion en première instance, Marc Cécillon a finalement écopé, début décembre, de 14 ans de prison pour le meurtre de son épouse.

* Arnaud Morvan

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.