"Cour d'Assises" de Georges Simenon

Depuis qu’il a lâché son métier de menuisier, Petit Louis fait le crâneur sur la Côte d’Azur. S’il joue au gangster, il vise moins en fait à s’introduire dans le milieu qu’à décrocher une bonne planque. Il s’installe à Nice avec une vieille cocotte dotée d’une jolie fortune, Constance Ropiquet, qui se fait appeler comtesse d’Orval. Peu de temps après, il héberge Lulu, qu’il fait passer pour sa sœur; c’est une fille dont le protecteur est à ce moment sous les verrous.

Le ménage à trois file un parfait bonheur jusqu’au jour où le dénommé Gène sort de prison. Petit Louis s’enfuit pour un temps à Cannes afin d’éviter les représailles du souteneur, mais lorsqu’il revient chez Constance, il trouve celle-ci assassinée. Il n’est pas douteux que le coupable est Gène. Pris de panique, Petit Louis fait disparaître le cadavre et les traces du meurtre. Pourquoi ne pas profiter un peu de l’occasion ? En subtilisant les biens de Constance, Petit Louis mène dès lors grand train sur la côte comme si c’était lui, en somme, qui avait fait le coup. Bientôt cependant la police le repère et il est écroué. Commence alors pour lui un long procès qui n’est qu’une parodie de justice: tous les témoignages l’accusent, toutes ses actions se retournent contre lui.

Éditions GALLIMARD.

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.